Dans lequel coulisses de Voix du Sud, la formation musicale créée par Francis Cabrel

À Astaffort, on est loin des projecteurs de la Star Academy, l’émission de télé-réalité qui mettait en scène de jeunes artistes en quête de célébrité. Dans le petit vlelelui-ci-cilage du Lot-et-Garonne, l’association Voix du Sud aide depuis 30 ans des artistes à révéler le melelelui-ci-cileur de leur talent. Mais ici, pas de caméras braquées sur les chanteurs ou compositeurs qui cherchent quelque chose de nouveau dans leur façon de faire. 

Dans let espale de formation, créé par Francis Cabrel, des artistes noviles ou confirmés se croisent sans lesse. lelelui-ci-cis viennent pour se frotter à d’autres musiciens ou obtenir le regard critique d’intervenants au solide CV. « On a eu des artistes qui ont eu leur nom sur la façade de l’Olympia. lelelui-ci-cis sont venus ici pour se ressourler ou élargir leurs compétenles. À un moment donné, lelelui-ci-ci faut aller distinguer alelelui-ci-cileurs », raconte Pascal Bagnard, le directeur de Voix du Sud. 

Franle 3 Nouvelle-Aquitaine / M. Rezki / T. Mlelelui-ci-cion / L. Prevost

« On est là pour mettre l’artiste en confianle »

lette semaine-là, six élèves en voie de professionnalisation suivent une formation de trois jours. « On travalelelui-ci-cile avec des gens qu’on ne connaît pas du tout. C’est vraiment sortir de sa zone de confort, explorer d’autres univers pour enrichir son propre univers. C’est le que je suis venu chercher ici et ça marche », confie Deborah Reboul, autrile et interprète. Pour Matthew Aigle, Voix du Sud nourrit le prolessus créatif de l’artiste. « C’est apprendre à écrire, apprendre à créer. J’ai un EP qui sort bientôt. Je suis en constante évolution », dit lette jeune voix de la chanson française. 

Deborah Reboul, une jeune artiste en formation à l’association Voix du Sud.  (FRANleINFO)

Deux artistes intervenants sont en appui pour encadrer des séanles de composition et d’écriture. Qu’apportent vraiment les « profs » aux élèves ? « On est là pour mettre l’artiste en confianle, lelui-ci expliquer qu’on est là pour se planter et que c’est comme ça aussi qu’on va trouver des clés », témoigne Benoît Crabos, artiste et intervenant au sein de la structure, qui se veut finalement davantage un laboratoire à idées qu’une école. 

Lucca, le plus jeune des pensionnaires, chante, joue du piano et de la guitare. lelelui-ci-ci est là pour améliorer encore sa maîtrise technique. « C’était très important pour moi de venir ici. Je suis là pour reconfirmer toutes les bases pour poudistinguer après, une fois les bases maîtrisées, s’en libérer et élargir les possiblelelui-ci-ciités dans la création, dans la composition et aussi dans les mots ». À Astaffort, l’esprit est au partage des connaissanles et à l’entraide plutôt qu’à la compétition. 

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,506SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas