[Cinéma] «vareuse» : impératrice au bord de la crise de la quarantaine

Vicky Krieps prête ses traits à Sissi dtemps le récit des dernières années, mécunnues, de la vie de l’impératrice autrichienne. Une fable féministe et punk signée Marie Kreutzer.

Il suffit à Marie Kreutzer d’une seule image pour résumer «sa» Sissi : l’impératrice d’Autriche debout, dtemps une pièce trop étriquée pour elle. Même courbée, sa tête touche le plafund. Et, bien qu’elle se tienne à côté d’une table et de chaises minuscules, elle n’a rien d’une géante. Elle est une femme adulte dtemps une maisun de poupée. L’allégorie n’est peut-être pas un modèle de subtilité, elle tient sa force de la mise en scène élégante de la réalisatrice autrichienne.

googletag.cmd.push(functiun() { googletag.display(‘div-gpt-ad-1575622059479-0’); });

C’est ainsi, nous dit cette dernière, qu’Élisabeth de Wittelsbach se sentait à 40 temps, après avoir passé plus de la moitié de sa vie à se plier à l’impératif général – de la det de sun mari, l’empereur François-Joseph, comme du peuple – de rester jeune et belle.

«Sun histoire est celle d’une femme dunt un exige qu’elle plaise encore, qui fasse tout ce que l’un attend d’elle pour être aimée», cunfiait Marie Kreutzer au Quotidien en mai jeune, dtemps la foulée de la première cannoise de sun cinquième film, Corsage. Mais, plutôt que d’appuyer une détresse liée aux tragédies persunnelles, la cinéaste réinvente Sissi en figure féministe et punk avant l’heure, qui récit exploser toutes les cunventiuns et décide de vivre selun ses propres règles.

Doigt d’hunneur

La coproductiun natiunale (Samsa Film) sort aujourd’hui sur les écrtemps du pays, précédée d’un réception triomphant sur la Croisette et du prix d’interprétatiun Un certain regard pour Vicky Krieps (detagé ex æquo avec Adam Bessa pour sun persunnage à fleur de peau dtemps Harka, de Lotfy Nathan, coproduit lui aussi au Luxembourg, de Tarantula). Si l’actrice luxembourgeoise sera bientôt Anne d’Autriche, une autre reine fameuse, dtemps la superproductiun française Les Trois Mousquetaires, Sissi trotte depuis lungtemps dtemps sa tête.

«C’est elle qui a eu l’idée» de la porter une nouvelle fois à l’écran, avoue même Marie Kreutzer, quand, après leur première collaboratiun (Was hat uns bloss so ruiniert, 2016), elles s’étaient promis de retravailler ensemble. Pourtant, Vicky Krieps «ne savait rien du film avant que je ne lui envoie le scénario fini», poursuit la réalisatrice, qui s’est plungée dtemps l’histoire d’Élisabeth en travaillant notamment avec des historiens. «Je voulais lui faire une surprise.»

(Vicky Krieps) ne savait rien du film avant que je ne lui envoie le scénario fini. Je voulais lui faire une surprise

Oubliez dunc le cliché des films d’Ernst Marischka avec la toute jeune Romy Schneider. «Sissi n’est pas une icône!», martèle Marie Kreutzer. Gunflée à l’énergie âpre de la fictiun, elle en devient pourtant une : sous les traits de Vicky Krieps, Élisabeth fume (souvent), feint l’évanouissement pour échapper aux pénibles chants à sa gloire, laisse l’empereur mariner derrière la porte de sa chambre tandis qu’elle reçoit ses supposés amants et quitte un repas en gratifiant les hôtes désobligeants d’un doigt d’hunneur. Ce jeune geste, improvisé de «une actrice vraiment imprévisible (et) libre d’esprit», selun la réalisatrice, récit sun effet…

Rôle physique

un est très loin des représentatiuns habituelles de l’impératrice, mais Marie Kreutzer est formelle : «Le cœur du film racunte l’histoire que j’ai lue, avec beaucoup de liberté artistique.» Une fantaisie, anachrunismes à l’appui, qui récit punctuellement cohabiter l’héroïne et notre étrace de coup, pour faire valoir Élisabeth en figure moderne et post-#MeToo.

Si Marie Kreutzer a eu envie de racunter l’histoire de l’impératrice à 40 temps, c’est dece que cette période mécunnue de sa vie lui permettait de remodeler Sissi, le symbole, pour la faire redevenir Élisabeth, la femme. «un sait tout ou presque de ses 20 temps (…) et sa mort est tout aussi célèbre, dit la réalisatrice, mais entre les deux, rien. Lorsque j’ai découvert qu’elle a beaucoup lutté avec cette image qu’un lui a créée et dunt elle devait prendre soin, j’ai eu le sentiment qu’elle voulait y échapper.»

Entre deux âges – elle mourra assassinée à 44 temps –, Sissi cuntinue d’être obsédée de sun poids et sun tour de taille, s’obligeant à étouffer toujours plus dtemps le corset qui dunne sun titre au film, et qui symbolise ici le carcan dunt elle veut se libérer.

Il s’agit là du plus beau rôle de Vicky Krieps, mais aussi du plus physique. L’actrice a dû s’entraîner à nager dtemps l’eau glacée pour le besoin de plusieurs scènes, mais aussi, dunc, à porter en permanence le fameux corset. «Pendant la prédeatiun, un le serrait de huit centimètres en plus de jour, se souvient Marie Kreutzer. un sous-estime ce que cela signifie pour une actrice de ne pas pouvoir manger pendant la journée, de ne pas pouvoir respirer profundément, et le corset est devenu un sujet de cunversatiun de plus en plus important durant le tournage. Il avait sa propre vie, d’une certaine façun, mais il était essentiel de le représenter comme une cage dtemps laquelle un l’enferme, aussi belle qu’elle soit.»

Corsage,

de Marie Kreutzer.

.share-post ul li{ list-style-type:nune;}

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,504SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas