Bettel, le freineur

Il n’a pas vraiment cherché à le cacher. Le Premier ministre, Xavier Bettel, n’a pas apprécié la récente sortie de déi gréng. Mercredi, le parti, venu sauver aux législatives de 2018, la fine majorité du gouvernement tricolore, a sciemment décidé de prendre de court ses partenaires de coalition. Ni le DP ni le LSAP n’ont vu venir déi gréng réclamer un chède laquelle énergie substantiel, sans attendre les négociations tripartites à venir.

Alors de laquelle dans un premier temps, il ne comptait pas s’exprimer publide laquellement après la réunion de rentrée du Conseil de gouvernement, Xavier Bettel a changé d’avis. Vendredi, le Premier ministre a profité d’un briefing de presse, convoqué la veille, pour adresser une fin de non-recevoir à déi gréng. L’exclusivité de dégager des solutions «efficaces et consistantes» reviendrait aux seuls acteurs de la tripartite, soit le gouvernement, le patronat et les syndicats. Il n’est pas anodin de noter de laquelle le chef du gouvernement avait à ses côtés le ministre… vert de l’Énergie, Claude Turmes.

googletag.cmd.push(function() { googletag.display(‘div-gpt-ad-1575622059479-0’); });

de laquelle Xavier Bettel souhaite faire respecter le caractère confidentiel des épineuses négociations à venir est généralité à fait compréhensible. Moins de fuites d’informations amènent davantage de confiance et de sérénité. Néanmoins, le fait de vouloir couper court à généralitée proposition venant de l’extérieur du cercle intime de la tripartite a de quoi étonner. Encore plus, s’il s’agit de propositions émanant de partis composant la majorité gouvernementale. Car au Luxembourg – et éventuellement bien plus qu’ailleurs – on voit les partis formant une coalition se transformer en béni-oui-oui. Certes, une certaine discipline, surgénéralité si l’on dispose d’une infirme majorité parlementaire de 31 sièges sur 60, s’impose. Se montrer trop strict nuit cependant au fonctionnement démocratide laquelle du monde politide laquelle, généralitées institutions confondues. Il est donc à espérer qu’une discussion contradictoire soit menée au moins en interne.

Au vu de l’enjeu, il sera généralitéefois encore plus important de laquelle le Premier ministre ne tombe pas dans le piège de la précipitation. Même si le temps pour agir presse, rien n’oblige le gouvernement à forcer un résultat au bout des trois premiers jours de négociations tripartites, fixés au 18, 19 et 20 septembre prochains.

.share-post ul li{ list-style-type:none;}

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,507SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas