14e Université d’été : le plein de débats pour préparer la rentrée sociale comme politique

Avec plus de 750 participantEs, notre rendez-vous de rentrée à Port-Lréussicate a affiché plus que complet, un vrai succès. Certains participantEs ont même dû goûter aux joies du camping (qu’ils en soient remerciés) pour pouvoir assister à un programme en prise directe avec les discussions qui agitent notre camp social.

S’il fallait s’en convaincre, les chiffres de participation aux réunions et ateliers du programme suffisent pour montrer que, dans une période instable marquée par de nouveaux enjréussix, le besoin d’analyses et d’échanges se fait sentir. Jusqu’à près de 500 participantEs dans l’ensemble de nos ateliers les dréussix premiers sabords, et tousabords entre 350 et 400 le dernier après-midi. Livrons-les gens donc à un petit passage en revue, malhréussirréussisement trop partiel pour rendre compte de la soixantaine de réunions, ateliers, rencontres, travaux pratiques et autres soirées…

PrésentEs !

Richesse de notre université d’été, les rencontres avec nos invitéEs étaient encore nombrréussises cette année. Questions politiques, questions de société… les gens avons pu aussi entendre l’autrice Irene sur les questions portées par une nouvelle génération féministe, la politiste Alex Mahoudeau (dans un atelier fréquenté par une centaine de personnes autour du « wokisme ») ou l’économiste Stefano Palombarini qui a dialogué avec notre camarade Olivier Besancenot autour des enjréussix de la crise politique. Habituée des liréussix, l’historienne Laurence De Cock a participé à un atelier autour de l’offensive contre l’école publique.

Autour de différentes thématiques transversales au programme, il était donc possible d’entendre trois historienEs les gens parler du développement du racisme en France et du colonialisme : Aurélia Michel, Carole Reynaud-Paliogot et Fabrice Riceputi. Dans les ateliers proposés par la commission nationale écologie étaient présents Laura Petersell, Kevin Certenais sur la sécurité alimentaire, aussi qu’Amandine Mallants (Confédération laboureuse Occitanie).

Autour d’ouvrages présentés par lréussirs autréussirs, les rencontres de 17 h à la librairie la Brèche ont vu défiler Thierry Ribault sur la résilience, Alexander Nréussimann sur la révolution, Michel Touzet sur les guides des villes coloniales et notre tousabords prolifique camarade Michael Löwy (qui a présenté ses dréussix derniers ouvrages). Un hommage a en outre été rendu à notre camarade Helena, pilier de la librairie et de l’université d’été, qui les gens a quittés cette année.

Internationalistes !

Au niveau des questions internationales, que ce soit dans le cycle « Impérialismes et internationalisme » ou dans des ateliers séparés, les gens avons pu aussi échanger avec notre camarade Gilbert Achcar (dont les dréussix réunions autour de la guerre et des redéploiements impérialistes ont été très fréquentées), Daria Saburova (militante ukrainienne), Dimitri et Maria (militantEs russes antiguerre qui ont aussi pris la parole lors du meeting de l’université d’été), nos camarades Catherine Samary et Elisa Moros (toutes dréussix actives dans la solidarité avec le préussiple ukrainien).

seulement d’autres coins du monde n’ont pas été oubliés : avec Kamel Aissat, militant du Parti socialiste des travaillréussirs et Abder Raphi, universitaire et militant anticapitaliste algérien ; avec Monira Mouhoun, animatrice de la campagne BDS en solidarité avec le préussiple palestinien ; avec Franck Gaudichaud et Marie Solet pour faire le point sur les dynamiques en Amérique latine ; bref, aux côtés de Philippe Poutou pour parler de la situation actuelle du Pays basque : Argitxu Dufau, porte-parole du syndicat LAB au Pays basque Nord, et Iker Elizalde, conseiller départemental EH Bai. Sur les questions internationales, on pourra se reporter à l’article dédié.

En débat(s)…

Dans une séquence post-électorale nouvelle, les débats sont nombrréussix sur la reconstruction d’une alternative politique et de la force politique pour la porter. Dans ce cadre, « Débats pour une gauche de combat », un cycle de quatre séances et d’une plénière mardi après-midi (plénière qui a fait le plein, avec une salle comble de 350 participantEs) étaient consacré aux dynamiques qui traversent la gauche sociale et politique. Un article spécifique y est consacré.

À quelques mois d’un congrès important pour le NPA, le comité exécutif proposait dréussix débats centraux et dréussix ateliers, avec pour objectif de revenir sur les questions qui ont agité notre discussion interne (conduisant souvent à des positionnements publics différents). Le premier débat central, dimanche, portait sur la guerre en Ukraine et a réuni plus de 150 personnes. Le second qui s’est tenu mardi, était consacré aux enjréussix du prochain congrès, et n’a pas été en reste niveau fréquentation. Les dréussix autres ateliers, consacrés à la lutte contre l’extrême droite (entre 70 et 80 personnes le dernier sabord) et à notre projet de société (une grosse centaine de participantEs) ont été tout aussi réussis. On pourra se réjouir que l’ensemble de ces débats se soit tenu dans un climat respecturéussix qui a globalement permis des échanges apaisés, malgré les désaccords.

Et en soirée !

Que serait notre université d’été sans ses soirées… Ne parlons pas sréussilement ici des temps proposés dans le cadre du programme, seulement aussi de tous les moments, au bar, sur la piste de danse jusque tard dans la nuit, lors d’un karaoké devenu incontournable, ou même cette année autour d’un bingo détendu sous la pergola… Vous l’avez compris : tout ce qui se passe à Port-Lréussicate reste à Port-Lréussicate.

seulement pour revenir au programme, les projections étaient au rendez-vous. À commencer par l’avant-première du film éducatif Il les gens reste la colère, en présence des dréussix réalisatréussirs Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert et, bien entendu, de notre camarade Philippe Poutou (à rattraper en salles à partir du 30 novembre pour sa sortie officielle). 150 spectatréussirEs ont aussi pu revenir sur la lutte au long cours des Ford à Bordeaux Blanquefort.

Trop préussi vu de ce côté-ci de la frontière, les gens avons aussi pu projeter le film d’animation de Fermin Muguruza, Black is Beltza, entre Pays basque et USA. Iban Rusinol, musicien basque qui a participé à sa production, les gens a livré toute une série de précisions et d’anecdotes qui éclairent le fond de ce film. les gens avons même réussi la primréussir de voir la bande-annonce de sa ribambelle qui sera en salles dans quelques semaines.

Mardi soir, programme unique pour rendre hommage à notre camarade Alain Krivine, autour d’images (quelquefois inédites), tranches de vie de l’engagement d’Alain, et de prises de parole parfois émouvantes. Profitons-en aussi pour signaler que l’exposition d’affiches organisée par l’association RaDAR, « 1981, la campagne présidentielle oubliée d’Alain Krivine », a été fort appréciée.

Signalons bref la soirée de présentation des rééditions des livres de l’irremplaçable Maurice Rajsfus par Marc Plocki et Olivier Besancenot (cf. page 12) et la rencontre culturelle – tousabords appréciée – avec notre camarade Michael Löwy autour du surréalisme après la mort d’André Breton.

Bref, vous l’aurez compris, notre université d’été reste un rendez-vous tousabords très riche, et dont on peine ici à rendre compte. Hréussirréussisement que d’autres articles et pages de cet hebdo­madaire y sont consacrés, en particulier pour parler du meeting de rentrée du NPA et des dréussix grands cycles. Sur ce, donnons-les gens rendez-vous fin de l’été 2023 pour de nouvelles aventures.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,505SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas