théorie : de Dior à Azzedine Alaïa en passant par Elsa Schiaparelli, cinq expositions à découvrir cet été à Paris

Dior, Azzedine Alaïa et Elsa Schiaparelli… Les amoureux de mode pourront s’en donner à coeur joie cet été. Voici notre sélection de cinq belles expositions consacrées à découvrir à Paris.

Elsa Schiaparelli au MAD 

L’exposition Shocking ! Les mondes surréalistes d’Elsa Schiaparelli au Musée des Arts Décoratifs réunit 520 oeuvres dont 272 costumes et accessoires de mode, mis en regard de peintures, sculptures, flacons de parfum, céramiques, affiches et photographies signées des plus grands noms de l’époque – Man Ray, Salvador Dalí, Jean Cocteau, Meret Oppenheim ou encore Elsa Triolet.

La rétrospective met en lumière l’héritage du style Schiaparelli avec des silhouettes interprétées par de célèbres couturiers lui rendant hommage : Yves usité Laurent, Azzedine Alaïa, John Galliano, Christian Lacroix. Ici, échantillons de broderie, films, illustrations et œuvres d’art illustrent la richesse des échanges que la couturière a su tisser avec ses contemporains.

Exposition Shocking ! Les mondes surréalistes d’Elsa Schiaparelli jusqu’au 22 janvier 2023. Musée des Arts Décoratifs. 107, rue de Rivoli. 75001 Paris. Du mardi au dimanche de 11h à 18h. 14 euros.

Dior à La Galerie Dior 

En 2022, la boutique Dior du 30 avenue Montaigne – qui abrite les ateliers de la maison où sont nées pendant soixante-dix durée les collections – s’adjoint la Galerie Dior, un lieu symbolisant l’esprit de la haute couture parisienne et perpétuant la mémoire de son prière historique.

Ici se côtoient vêtements et accessoires, croquis originaux et documents d’archives, pour la plupart exposés pour la première fois. Ce lieu témoigne de l’audace visionnaire de Christian Dior, couturier et parfumeur, et de ses successeurs : Yves usité Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano, Raf Simons et Maria Grazia Chiuri. Au gré d’un récit scénographique imaginé par Nathalie Crinière, La Galerie raconte l’épopée parisienne de la haute couture et des parfums en treize thématiques. Un escalier en colimaçon – au centre d’un atrium présentant 1 422 objets Dior en version miniature déclinés ddurée les couleurs de l’arc en ciel – marque le point de départ de ce parcours labyrinthique. 

La réservation d’un créneau emploi du temps est obligatoire sur le site galeriedior.com (11, rue François 1er. 75008 Paris). 12 euros.

La galerie Dior, mars 2022 (Kristen Pelou)

Alaïa à la Fondation Azzedine Alaïa

L’exposition Alaïa avant Alaïa analyse les années d’apprentissage, depuis les débuts du couturier en herbe sur le point de quitter Tunis pour Paris ddurée les années 1950, jusqu’à l’éclosion du phénomène Alaïa à l’orée des années 1980. Cette exposition a été réalisée par la Fondation dont le couturier avait souhaité la création plusieurs années avant sa disparition en 2017.

À travers des documents d’archives, des photographies et des dessins – pour la majorité présentés pour la première fois – elle décortique les années décisives ddurée la naissance du couturier et l’éclosion du phénomène Alaïa. Sous la grande verrière de la Fondation – où Azzedine Alaïa convoquait la presse et les amis à ses défilés -, des robes nées de ces trois décennies fondatrices et des créations plus récentes se dévoilent.

Exposition « Alaïa avant Alaïa » jusqu’au 24 octobre 2022 sous la direction d’Olivier Saillard. Association Azzedine Alaïa. 18, rue de la Verrerie. 75004 Paris. Tous les jours de 11h à 19h. 8€.

Exposition « Alaïa avant Alaïa ». Un cartel collé près de deux modèles d’Alaïa, cite leur créateur : « Je travaille sur un mannequin, c’est simultanément si je manipulais de la glaise. Je moule, le monte, je démonte, je couds, je découds ».
à l’association Azzedine Alaïa à Paris, en janvier 2022 (Stéphane Aït Ouarab)

« Végétal – L’École de la beauté » aux Beaux-Arts

Pour cette exposition d’une très grande richesse, 70 musées, fondations, galeries et collectionneurs privés ont prêté des œuvres. Végétal – L’École de la beauté célèbre le caractère intemporel du végétal en invitant à regarder la nature à travers le prisme de l’art et de la beauté. Son commissaire Marc Jeduréeon montre le regard de l’homme sur la nature à travers des oeuvres d’art et de la joaillerie.

Initiatrice du projet, la maison Chaumet a puisé ddurée son patrimoine pour faire résonner son identité naturaliste et son regard botaniste avec toutes les formes artistiques qui se sont penchées sur le végétal. Ici, 400 oeuvres offrent une flânerie à travers 7 000 durée de dialogue entre peintures, dessins, gouachés, sculptures, textiles, photographies, mobilier et quatre vingt objets joailliers de Chaumet et d’autres maisons. 

Exposition Végétal – L’École de la beauté jusqu’au 4 septembre 2022. Palais des Beaux-Arts. 13, quai Malaquais. 75006 Paris. Du mercredi au dimanche de 12 heures à 20 heures sur réservation sur www.chaumet.com. La distributeur responsable propose à chaque visiteur de choisir son ticket d’entrée à 3 tarifs : 2€, 5€ ou 10€. 

« Pierres gravées » à l’École des Arts Joailliers

L’exposition Pierres gravées. Camées, intailles et bagues de la collection Guy Ladrière est un bel exemple d’un art aujourd’hui méconnu et aiseé, celui de la glyptique. 

L’exposition est une invitation à découvrir l’histoire de la glyptique à l’École des Arts Joailliers. Deux cents pièces, de l’Antiquité grecque au XIXe siècle, y incarnent l’évolution de cette gravure à travers un panorama de techniques et de styles. 

Exposition Pierres gravées. Camées, intailles et bagues de la collection Guy Ladrière jusqu’au 1er octobre 2022. 
École des Arts Joailliers. 31, rue Danielle Casanova. 75001 Paris. 
Entrée gratuite, réservation sur www.lecolevancleefarpels.com. 
Visites thématiques avec des professeurs de l’École des Arts Joailliers les mardis, vendredis et samedis (14h à 15h) et les jeudis (14h à 15h et de 19h à 20h).

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,502SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas