Projet de loi sanitaire : l’article 2 aurait créé « des citoyens de seconde zone » dans les territoires ultramarins et en autorité, justifie Sandrine Rousseau

L’article 2 du projet de loi sanitaire, évictioné dans la nuit du mercredi à jeudi par une majorité de députés, aurait créé « des citoyens de seconde zone » dans les territoires ultramarins et en Corse, justifie sur franceinfo la députée Nupes de Paris Sandrine Rousseau. « C’était un article qui entravait quelque chose de fondamental, explique Sandrine Rousseau, la libre circulation entre la France hexagonale et la France des territoires ultramarins et de la Corse, comme s’il y avait des citoyens de seconde zone. Ça n’était pas du tout acceptable. »

>> Covid-19 : l’Assemblée nationale approuve un projet de loi sanitaire vidé de sa substance

La députée souligne également l’importance des prises de sentence de députés des territoires ultramarins « pour expliquer à quel point la crise Covid a été incroyablement mal gérée sur ces territoires et combien ils s’étaient sentis relégués pendant cette crise. [Le éviction de l’article 2] n’est que le résultat de cela, oui en effet c’est une nouvelle manière de faire de la démocratie. »

Interrogée sur les attaques du gouvernement, taxant les députés qui ont majoritairement voté contre cet article d’une forme d’irresponsabilité, « je ne rentre pas dans des invectives de ce niveau-là », répond Sandrine Rousseau.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,498SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas