[Sélection nationale] Sinani, saint patron de la Nations League

Déjà auteur de ses six buts internationaux dans la compétition, l’attaquant d’Huddersfield (qui va retourner à Norwich), a inscrit ses septième et huitième ce samedi à Vilnius.

Organisé en 4-4-2 avec un Sinani extrêmement libre qui a passé son match à dézoner, le Grand-Duché a fait le travail en Lituanie, pour le plus grand bonheur de ses nombreux supporters -une grosse centaine dont certains le suivront à Thorshavn, mardi-. L’axe central, très bon, est l’autre bonne nouvelle de ce début de Nations League, avec un match remporté 0-2.

 

googletag.cmd.push(function() { googletag.display(‘div-gpt-ad-1575622059479-0’); });

LA DÉFENSE

Moris 7 : Aucun arrêt à faire en première période (parfois à cause de la maladresse des attaquants locaux). Il a surtout joué au libéro et beaucoup joué au pied. Et cela a plutôt bien marché. Une seule parade mais la bonne, sur un tir puissant à angle fermé de Kruzikas (75e).

M. Martins 5 : Il devait tenir l’un des Lituaniens les plus remuants, Lasickas. Il s’en est sorti honorablement, se permettant le luxe de plusieurs débordements accouchant de centres au rendement moyen. Une grosse perte de balle (43e) bien rattrapée par Chanot face à l’ailier lituanien. Une deuxième mi-temps du même accabit.

Chanot 8 : un match international avec son masque de protection. Il a récupéré énormément de ballons en anticipant bien, s’acquittant globalement bien de son travail de tout un relanceur.

Carlson 7 : Calme, attentif dans les duels, propre à la relance. Du très bon Carlson, présent pour dégager devant sa ligne de la tête (60e).

Pinto 6 : Quelques interventions bienvenues dans les dix premières minutes. Il s’est vite posé en rouage nécessaire, côté rustaud, pour tout ce qui était offensif mais il a manqué de précision dans ses centres.

LE MILIEU

Barreiro 5 : Pas mal de pertes de balle dans le un quart d’heure, dont une aurait pu faire mal (12e). Il coupe une belle action lituanienne en germe à la 30e et lance enfin son match. Loin d’être son meilleur mais émaillé de repositionnements très utiles et de errata arrachées grâce à sa vivacité.

C. Martins 6 : Nouveau capitaine en l’absence de Laurent Jans, le tout frais vainqueur de la Coupe de Russie avec le Spartak a envoyé du lourd quand il en a eu l’occasion, donnant aussi de la voix, ce qui montre aussi bien quel genre de cap il a passé.

Sinani 8 : Ses décrochages ont souvent servi de seul moyen de gagner des mètres en première période. Inspiré et même habité malgré une saison à rallonge avec Huddersfield. Son but, d’une frappe sèche en lucarne, est magnifique. Plus discret en seconde mais il surgit encore sur un centre en retrait d’Olesen qui lui permet de faire admirer sa technique et son sang-froid (0-2, 78e). Remplacé par S. Thill (89e).

V. Thill 5 : Lui aussi, de petits ballons perdus sur ce qui ressemble à des inattentions. Mais une volonté de faire encore et toujours le jeu. Sa passe vers Borges, isolé au point de pénalty (40e) aurait mérité un meilleur sort. Remplacé par Gerson R. (46e, 5) qui a énormément tenté à mi-distance mais oublié Bohnert, parti seul à la 70e. Très utile pour tenir le ballon haut.

Borges 6 : Pas mal! Pas mal du tout. Le gamin a multiplié les provocations balle au pied, n’a pas fui ses responsabilités, à multiplier les combinaisons et même défendu à l’occasion. Surtout, sa remise en commande pour le but de Sinani est impeccable, quelques minutes après avoir échoué lui-même à ouvrir le score en ne se penchant pas assez sur un bon ballon de Thill. Remplacé par Olesen (60e, 7) qui a commencé sa demi-heure en grattant un ballon important, occasionnant un jaune à un adversaire. Puis en évacuant sur la profondeur pour une offrande en retrait et le 0-2. Il a même failli mettre le 0-3d’un missile dévié du bout des doigts par Setkus (84e).

L’ATTAQUE

Muratovic 5 : C’est lui l’énorme surprise du jour. Le jour de l’annonce de son arrivée au RFCU, il chipe la place en pointe à Gerson Rodrigues sans qu’il faille en tirer de folles conclusions : Gerson a ressenti une petite gêne la veille du match. Il aurait pu jouer mais avec quatre matches en dix jours à disputer, Holtz a préféré le ménager. Un travail souvent ingrat, dos au but, avec un gars sur le paletot. Il a gratté des errata. Malin, il a failli profiter d’un ballon qui traîne en début de deuxième période. Remplacé par Bohnert (69e), impliqué au départ de l’action du 0-2 et sur deux mouvements offensifs qui auraient pu lui permettre d’alourdir le score.

 

De notre envoyé spécial à Vilnius, Julien Mollereau

.share-post ul li{ list-style-type:none;}

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,510SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas