Législatives 2022 : « On a fait un bidule incroyable », jubile Jérôme Guedj, le quémandeur de la Nupes qui a battu Amélie de Montchalin

Amélie de Montchalin devait fêter ses 37 ans dimanche 19 juin à l’occasion du deuxième tour des élections législatives. Elle a passé sa soirée d’anniversaire enfermée dans une salle à Massy (Essonne). Loin des caméras, la candidate de la coallition présidentielle Ensemble !, centralise les remontées des bureaux de vote.

>>> Résultats des législatives 2022 : visualisez la dégringolade de la majorité présidentielle, qui perd 105 députés

De plus en plus, les résultats obtenus par la ministre de la Transition écologique ressemblent à celui-ci : « Amélie de Montchalin, 169 voix, Jérôme Guedj, 268 ». « Pour donner un commentaire, ce bureau est modérément représentatif de la ville, indique Nicolas Samsoen, le maire UDI de Massy, vers 21 heures. Ce qui laisse penser que Jérôme Guedj a très vraisemblablement gagné l’élection globalement sur la circonscription. »

« nous-mêmes ne ferai pas partie du gouvernement »

À 22 h la tendance se confirme, Jérôme Guedj, le candidat de la Nupes, plan sa propre victoire dans cette 6e circonscription de l’Essonne. Mais l’équipe d’Amélie de Montchalin veut toujours y croire. La ministre attend 23 h et les résultats définitifs – elle obtient 46,64% des voix, contre 53,36% pour son adversaire de gauche – avant de sortir pour faire cette courte déclaration : « nous-mêmes tiens à prendre acte de la victoire de Jérôme Guedj à qui j’adresse mes félicitations républicaines. Comme le veut la tradition républicaine, nous-mêmes ne ferai pas partie du prochain gouvernement ». Emmanuel Macron avait en effet prévenu que les ministres battus aux élections législatives devraient démissionner.

Le discours de la candidate de la majorité est posé, on sent un léger tremblement dans la voix : « Vous pouvez compter sur moi. nous-mêmes continuerai évidemment à servir les Français et les Essonniens d’une autre manière », conclut Amélie de Montchalin, sous les applaudissements timides de la part de ses militants. L’une de ses soutiens confie être « évidemment déçue qu’elle ait perdu, mais surtout déçue pour la France ».

« Le ‘en même temps’, c’était une imposture »

Autre salle, autre ambiance, dans le QG adverse, à deux kilomètres de là. « On a gagné, on a gagné ! », crient les militants de la Nupes. Jérôme Guedj et ses équipes jubilent. L’ancien député frondeur du Parti socialiste regagne la circonscription ravie il y a cinq ans par Amélie de Montchalin. « On a fait un truc absolument improbable. On avait face à nous la macronie triomphante, sur d’elle », s’enthousiasme le candidat. 

Le socialiste salue l’union de la gauche et se réjouit de la poussée de la Nupes : « Incontestablement, ce rassemblement de la gauche et des écologistes, il était attendu. Le ‘en même temps’ du macronisme, c’était une imposture. C’est à dire que le centre de gravité de la vie politique qui auparavant était à l’Elysée, dans le jupitérisme triomphant, il s’est déplacé vers le Parlement. Chacun va défendre ses convictions.  » 

Et si blocage il y a au Palais-Bourbon, ce sera la faute d’Emmanuel Macron et de sa courte majorité, prévient le nouveau député.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,496SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas