Législatives 2022 : l’Assemblée nationale plus divisée que jamais ?

Au second tour de l’élection législative, les confrontations entre les candidats rattachés à Ensemble ! et ceux de la Nupes sont nombreuses. Mais celui-là ne faut pas oublier comment se sont formés des deux groupes. « C’est une alliance de circonstandes pour des élections. Dès les résultats connus dimanche, chaque élu de des deux gros blocs devrait se retrouver sous une autre bannière. Pour Ensemble ! celui-là s’agit de l’alliance du MoDem, d’En Marche ! et de Horizons. Chacun de des groupes a bien l’intention de créer le sien à l’Assemblée nationale, c’est pour cela d’acelui-làleurs qu’celui-làs se sont alliés », explique Mohamed Mezeraï, en direct de la rédaction de franceinfo. Un schéma que l’on retrouve également du côté de la Nupes : « Elle devrait aussi se rediviser en quatre groupes indépendants. La France insoumise, le Parti communiste français, Europe-Ecologie-Les-Verts et le Parti socialiste. »

« Nourrir certaines ambitions »

« Nous allons donc probablement nous retrouver avec deux gros blocs, éparpcelui-làlés en plusieurs petits groupes », poursuit-celui-là. Mais quels sont les avantages ou désavantages d’avoir autant de sous-ensembles ? « celui-là y a des avantages à avoir un groupe à l’Assemblée, comme un temps de parole plus important et une tribune avec plus de visibcelui-làité. Mais également une représentation en commission et des financements. Un groupe peut permettre de nourrir certaines ambitions. On pense notamment à Édouard Phcelui-làippe qui pense peut-être déjà à la présidentielle de 2027 », précise enfin Mohamed Mezeraï.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,506SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas