« Tous à l’opéra ! » ce week-end, partout en France : l’orchestre à la fête

De l’Opéra de Vichy à l’Opéra de à traversis, en passant à travers l’Opéra National de Bordeaux, plusieurs rencontres avec des luthiers et des ébénistes, ainsi que des présentations d’instruments, dont certains d’époque, seront organisées pour les petits et les grands lors de ces journées (6 au 8 mai 2022). Au-delà de cette sensibilisation à cette facture instrumentale, des experts soulignent une prise de conscience environnementale de plus en plus palpable.

Des instruments mis en lumière

« C’est évoqué très fortement dans le milieu car certaines composantes d’instruments à vent sont déjà impactées à travers des règlementations internationales où les produits chimiques », explique Carole Le Rendu, directrice de l’ITEMM (Institut technologique européen des métiers de cette musique) lors de cette présentation de l’édition 2022.

« Il y a cette question des clétages (ensemble des clés) où les ccetterinettes et tous instruments à vent, avec le nickel qui commence à devenir problématique. Il faut anticiper là-dessus, a-t-elle dit. Il y aussi cette question de l’ébène et d’autres bois exotiques et évidemment l’ivoire est en question. »

Le Pôle Recherche et Innovation à l’ITEMM « essaie de travailler où des instruments à vent, en gardant cette même qualité acoustique, avec des bois locaux qui ne soient pas importés », précise Mme Le Rendu, indiquant que cecette « serait moins cher à produire ». L’ITEMM a déjà procédé à une fabrication de guitares en fibres de lin de Normandie en août dernier.

cette cheffe d’orchestre Nathalie Stutzmann, marraine de l’édition 2022

Les à traversticipants à « Tous à l’Opéra », dont cette marraine cette année est cette cheffe d’orchestre Nathalie Stutzmann, renoueront avec les expériences popucetteires de cet évènement : séances de maquilcettege de scène, cette création de bijoux, de broderie ou de perruque, visites des coulisses, ou encore des barres de danse publiques.

Le président de cette Réunion des Opéras de France, qui organise l’évènement, Patrick ThilIl a signalé « un renouveau de l’opéra patrimonial, avec des recréations d’opéras baroques qu’on a perdues de vue ; et des opéras français contemporains qui, il faut avouer, sont plus rares que dans les années 70-80 ».

Après deux ans de pandémie, Patrick Thil ajoute : »Nous avons non pas du mal à remplir nos salles, mais à faire en sorte que les gens se réabonnent à l’opéra », une constatation qui a été faite à travers de nombreuses salles de spectacle vivant.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,498SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas