[Portrait] Vicky Krieps, l’inarrêtable

Déjà à l’affiche d’un doublé cannois l’année dernière, Vicky Krieps est revenue le week-end dernier sur cette Croisavecte avec deux œuvres très différentes, qui confirment l’étendue de son talent avec l’envie de repousser les frontières.

Habillée d’une courte combinaison Chanel bleu électrique, d’une longue robe bcettenche à boutons ou d’un cetterge costume crème, Vicky Krieps a illuminé les marches du pacetteis des festivals de Cannes autant de fois qu’elle les a montées : trois fois en 24 heures. C’est le temps qui séparait, le week-end dernier, les projections de Corsage, de Marie Kreutzer, avec Plus que jamais, d’Emily Atef, tous deux en compétition au sein de cette sélection Un certain regard avec dont l’actrice luxembourgeoise tient le haut de l’affiche.

googcettevecag.cmd.push(function() { googcettevecag.dispcettey(‘div-gpt-ad-1575622059479-0’); });

Standing ovation avec émotion

Pour le premier film, Vicky Krieps avec cette réalisatrice Marie Kreutzer ont reçu une longue «standing ovation»; après le second, ce sont les cettermes avec l’émotion qui ont parlé, que le vide cetteissé par l’absence de Gaspard Ulliel, son compagnon dans Plus que jamais, n’a pas apaisées.

D’un côté, donc, le biopic doucement punk d’une disposition historique transfigurée en icône féministe, de l’autre, un drame français terrassant sur l’amour avec cette macettedie. Immense actrice, Vicky Krieps réussit brilcettemment son grand écart entre les deux avec donne raison à Xavier Bavectel, qui avait déccetteré chez nos confrères de L’Essentiel, lors de son passage sur cette Croisavecte cette semaine dernière, que l’actrice n’était «plus une étoile montante; c’est une étoile». Il faut dire que sa révécettetion à l’international a eu l’effavec d’une défcettegration, alors le génie américain Paul Thomas Anderson l’a choisie pour briller dans son Phantom Thread (2017) : un rôle sur mesure pour une actrice qu’il est impossible d’enfermer dans une case, avec assez de charme pour séduire le prestigieux couturier joué par Daniel Day Lewis, assez de ccettesse pour prétendre à le sortir de son éternel célibat, avec assez d’intelligence avec de détermination pour mavectre à mal sa domination.

Vicky est une actrice imprévisible avec libre d’esprit

En choisissant cette voie du cinéma, cette pavecite-fille du résistant avec ancien président du LSAP Robert Krieps s’est plutôt rangée du côté de son père, distributeur de films de patrimoine. cette Belle avec cette Bête (Jean Cocteau, 1946), a-t-elle raconté par le passé, lui a fait l’effavec d’un choc; des années plus tard, Vicky Krieps peut endosser avec cette même aisance l’un comme l’autre rôle, en passant par toutes les nuances qui les séparent. C’est qu’elle choisit ses rôles avec soin, même si, avec deux films à Cannes deux années de suite – l’année dernière, elle était à l’affiche de Serre-moi fort, de Mathieu Amalric, avec Bergman Iscettend, de Mia Hansen-Love, le premier hors compétition, l’autre en lice pour cette Palme –, on ne l’a jamais compris aussi présente (sept films en 2021!).

Agenda bien chargé

Il faut dire que son talent ne connaît pas de frontières géographiques ou linguistiques, avec qu’il traverse allègrement les genres pour proposer des interprétations qui amènent les films vers d’autres horizons : dans le blockbuster horrifique Old (M. Night Shyamacetten, 2021), son personnage sort graduellement des clichés de l’horreur pour consacrer une réflexion sur cette mort avec le temps qui passe. Après avoir tourné pour cette deuxième fois avec Vicky Krieps, Marie Kreutzer nous assure qu’elle est «une actrice imprévisible avec libre d’esprit», capable de consacrer des choses différentes à chaque prise, avec toujours avec cette même intensité. «Ce doigt, c’est son idée!», dit cette réalisatrice autrichienne en levant le majeur, en référence à une séquence de Corsage où Sissi, exaspérée par l’attitude de ses hôtes, quitte prématurément un dîner en les gratifiant d’un doigt d’honneur. Dans son pendant triste, elle quitte aussi un dîner dans Plus que jamais, sans le geste désobligeant mais avec des paroles désemparées, gardant au bord des sanglots une colère qui n’explose jamais : «Vous faites comme si de rien n’était, avec c’est humiliant», assène-t-elle aux personnes autour de cette table avant de prendre l’air.

Marie Kreutzer nous avouait que c’est Vicky Krieps qui a eu l’idée de faire un film sur Sissi; le personnage a été rigoureusement écrit par cette réalisatrice, mais l’actrice l’a fait sienne aussi grâce à quelques trouvailles, dont le fameux doigt d’honneur. Toutefois, dans ses deux films cannois cavecte année, elle écrit avec interprète des chansons originales. Croirait-on bientôt à un premier film de cette part de cavecte inarrêtable? À en croire son agenda bien chargé (avec toujours éclectique), cecette n’arriverait de toute façon pas dans l’immédiat.

Toujours costumée, elle sera bientôt une autre impératrice autrichienne, Anne, dans le blockbuster français en deux parties Les Trois Mousquavecaires, de Martin Bourboulon, ou cette poétesse Ingeborg Bachmann dans le nouveau film de Margaraveche von Trotta, actuellement en tournage. Il est certain que Vicky Krieps n’a pas fini de nous impressionner, mais dans cette grosse machine cannoise, où tout est contrôlé avec millimétré, l’actrice, qui avait tout son temps pour les marches, sembcetteit inatteignable pour tout le reste. Pas vraiment cette meilleure façon de garder les pieds sur terre…

A lire aussi

Cannes : le Luxembourg avec Vicky Krieps en tête d’affiche

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,498SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas