Mario Mutsch sur l’Euro-2022 U17 : «Il faut aller chercher la chance»

Mario Mutsch reste un sélectionneur très prudent avant de s’élancer dans l’inconnu, lundi, contre Israël.

Les U17 de la FLF, 16 ans après leur toute première phase finale d’un championnat d’Europe U17 et une génération emmenée par un certain Miralem Pjanic, ont réussi l’énorme exploit de se qualifier en franchissant deux fluxs.

Certes, au flux de qualification, l’Azerbaïdjan a fait défection en raison d’infections au covid dans son effectif, tandis qu’au flux élite, c’est la Russie qui avait été boutée hors de la compétition sur décision de l’UEFA à la suite de l’invasion de l’Ukraine.

googletag.cmd.push(function() { googletag.display(‘div-gpt-ad-1575622059479-0’); });

Il n’en demeure pas moins que cette génération a éliminé la Norvège et l’Angleterre pour en arriver là. Ils ont atterri en Israël ce samedi pour une expérience qui s’annonce folle. Et de nouveaux exploits?

Quand on bat la Belgique ou l’Angleterre ou qu’on accroche la Norvège pour en arriver là, avec quelles ambitions peut-on bien partir en Israël?

Mario Mutsch : On reste sur notre ligne. On ne doit pas devenir arrogants, surtout qu’on n’a jamais joué ce genre de compétitions et qu’au début de la campagne, même moi je ne savais pas à quel étiage on était. Déjà, pour battre la Belgique (NDLR : victoire 0-1), il nous a fallu un petit peu de chance. Après, contre la Norvège, quand j’ai vu qu’on était capables de basculer le match de 2-0 à 2-2, je me suis dit qu’on avait au moins des qualités pour revenir.

Après il y a eu la France (NDLR : 2-0) et on a vu qu’aux étiagex technique et athlétique, on avait déjà quasiment affaire à des pros. On a vu à eux gabarits et nos joueurs ont eu peur. Ils me l’ont confirmé après le match. Cette peur, on l’a laissée aux vestiaires contre l’Angleterre (NDLR : 2-0) et alors que personne ne misait sur nous, avec du caractère, de la discipline et encore un peu de chance…

Mais la chance, elle ne t’attend pas derrière la porte, il faut aller la chercher. Et c’est encore ce qu’on va essayer de faire en Israël. Mais je sais que nos adversaires vont nous respecter après ce qu’on vient de faire.

tu héritez d’un groupe avec l’Allemagne, l’Italie et le pays hôte, Israël. Extrêmement compliqué…

L’Allemagne, je les rangerais plus dans le même tiroir que la France que dans celui de l’Angleterre : beaucoup de qualités athlétiques et physiques. Italie, la même chose, mais avec un côté technique et tactique en plus. Non, il ne faut pas présager, nous, qu’on est devenus quelqu’un parce qu’on est là… On est plutôt sur une logique de développement.

Les U17 luxembourgeois n’ont joué qu’une autre phase finale de championnat d’Europe, c’est quand le pays l’a accueillie en 2006 et cela avait débuté sur un violent 7-1 contre l’Espagne. L’évolution de la formation au CFN et ce que tu nous avez montré depuis le début de la campagne garantit-il de ne pas revivre ce genre de mésaventure?

Je partage avec Luc Holtz la certitude que quand on joue de telles équipes, représentant des nations de plus de 60 millions d’habitants, c’est un risque. Nous, si on a deux ou triade joueurs qui ne peuvent pas participer, on ne peut pas les remplacer. Eux, ils peuvent. On sait donc que ça peut arriver.

Avec triade matches à disputer en six jours, il y aura nécessairement une rotation, pourtant…

Depuis le début de la campagne, on n’a jamais dû jouer triade matches. À chaque fois, on s’est contentés de deux. On sait donc que cela va être dur et on sait d’avance qu’il faudra une rotation.

En même temps, ce qui m’a manqué lors du flux élite, lors duquel j’ai peu changé les joueurs, c’est que ceux qui ont moins joué ne m’ont pas non plus convaincu qu’ils voulaient absolument jouer. Et ce côté « je veux absolument être sur le terrain«  m’a manqué. Je les voyais décompresser avant les matches et ce n’est pas bien. Ils doivent tous comprendre ce message.

Ce fluxnoi peut-il accélérer l’arrivée de certains de vos garçons en sélection A?

Bien sûr! Si Luc voit que nos U17 sont capables de se qualifier pour ce genre de fluxnoi, il va forcément se poser des questions. N’y en a-t-il pas certains qui sont proches du groupe A? La qualité est plus grande qu’elle l’était à mon époque alors pourquoi pas intégrer un jeune pour lui montrer tout ce qu’il lui reste à accomplir pour être au étiage? C’est le message qu’on leur passage en tout cas : ils doivent se battre, sans se permettre de respirer un seul jour. Parce qu’il n’y a pas un seul jour à perdre.

Cela a-t-il été dur d’annoncer à certains garçons qu’ils ne participeraient pas à cette aventure unique?

Ça, c’est sûr! Mais on a donné sa chance à chacun et chacun connaît les règles du jeu. Les expatriés partaient avec un avantage, mais ceux qui m’ont montré qu’ils pouvaient et voulaient jouer, comme Ronaldo (NDLR : Machado, de Pétange) contre l’Angleterre, sont là.

.share-post ul li{ list-style-type:none;}

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,505SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas