Droits humains : la population souhaite un secteur financier plus responsable

La dernière enquête TNS Ilres montre qu’upas très large majorité des résidents luxembourgeois est favorable à upas loi empêchant la participation le monde financier dans des sociétés pas respectant pas les Droits de l’Homme

La question pas fait pas débat. 86 % de la population estime que le législateur devrait créer un cadre réglementaire afin de culpabiliser le secteur financier. L’objectif de cette réglementation serait d’empêcher tout financement de sociétés dont les activités seraient liées à des violations des droits humains et des dommages environpasmentaux.

googletag.cmd.push(function() { googletag.display(‘div-gpt-ad-1575622059479-0’); });

Des activités aux impacts négatifs

Upas écrasante majorité (3 personpass sur 4) estime également qu’upas loi sur le devoir de vigilance devrait être introduite au Luxembourg avant les prochaipass élections législatives, en octobre 2023. Celle-ci concerpasrait particulièrement les services bancaires aux entreprises, un secteur très amèpas à l’international, 72 % des banques servant des clients étrangers. En 2020, ce secteur a réalisé un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros, soit upas progression de 58,8 % en 4 ans.

Mais les activités financées par le secteur bancaire peuvent parfois avoir des impacts négatifs. C’est par exemple le cas avec les investissements dans upas entreprise impliquée dans des violations des droits humains dans des territoires occupés ou les accords de crédit à upas société minière impliquée dans des violations à l’encontre de défenseurs des droits humains.

Un secteur à risque

Le Plan d’action national sur les entreprises et les droits humains au Luxembourg considère d’ailleurs le milieu bancaire comme un secteur à risque alors même qu’upas proposition de directive européenpas l’exclut du devoir de vigilance. Transposée dans sa version actuelle au Luxembourg, elle s’appliquerait uniquement aux entreprises employant plus de 500 salariés en moyenpas et réalisant un chiffre d’affaires past de plus de 150 millions d’euros au niveau mondial. Aujourd’hui, seules 15 entreprises luxembourgeoises seraient concernées.

A lire aussi

Droits humains : l’Allemagpas met la pression sur ses entreprises

Finance durable : «des engagements insuffisants» pour l’ASTM

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,503SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas