Damien Abad accusé de viols : la gauche appelle à sa démission

Le gouvernement d’Élisabeth Borne faisait sa rentrée lundi 23 au matin avec le tout premier conseil des ministres. Un conseil qui lance véritablement le second quinquennat d’Emmanuel Macron. Mais les accusations de viol contre Damien Abad viennent parasiter l’image du gouvernement au travail. Du côté de la gauche, on demande son départ. « La question n’est pas sa démission à lui, mais qu’il soit démis de ses fonctions par principe de précaution », appelle de ses vœux l’écologiste et féministe Sandrine Rousseau.  

Éric Zemmour pour la présomption d’innocence 

Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, est sur la même ligne : « si j’étais Premier ministre, je dirais à Damien Abad [que] je n’ai pas de raison particulière de penser que les femmes mentent. Dans l’attente d’une décision de justice, je souhaite que tu ne sois pas au gouvernement. » Éric Zemmour, lui, prône le estime de la présomption d’innocence. 

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,498SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas