[BGL Ligue] Vainqueur de Mamer, Hostert sauve sa peau

Rejoint deux fois au score, Hostert a dû attendre la séance de tirs au but pour enfin venir à bout d’une équipe de Mamer réduite à dix dès la 53e minute mais valeureuse jusqu’au bout.

Debout en tribune officielle, Paul Philipp, le président de la FLF, devait en avoir le coeur net : ce Mamer-Hostert constituait la meilleure des publicités possible pour les barrages. Revenus deux fois au score, dont une alors qu’ils étaient en infériorité numérique depuis plus d’une heure, les pensionnaires de PH n’ont fini par céder qu’aux tirs au but (2-2, 4-2). L’USH a eu très chaud, mais sera bien au rendez-vous de la BGL Ligue en août, et c’est tout de même assez logique sur l’ensemble du match.

Entré tambours battants dans la partie, Hostert s’est rapidement et logiquement détaché grâce à Tibor, auteur d’un appel croisé d’école et d’un tir croisé instantané passé sous Federspiel, sur un service brûlant de Trani (0-1, 11e). Euphoriques, les hommes d’Henri Bossi auraient pu quasiment enterrer les Mamerois dans la foulée, si Fiorani n’avait pas signé deux énormes retours dans les six mètres devant Habbas et Steinmetz (15e, 22e).

googletag.cmd.push(function() { googletag.display(‘div-gpt-ad-1575622059479-0’); });

Hostert a trop gâché

Sauvé par son défenseur, Mamer a sorti la tête de l’eau, et été relancé par son buteur, Mickaël Jager, qui s’est arraché pour prendre le meilleur sur Meddour et convertir du bout du pied un service en profondeur d’Amoakon (1-1, 35e). Pas loin d’être refroidis deux minutes plus tard par Muric, privé du deuxième but par un superbe arrêt au sol de Federspiel (37e), les hommes de Vitor Pereira l’ont quelque peu été au retour des vestiaires par Laurent Kopriwa.

En quatre minutes (49e, 53e), l’homme en noir a adressé deux cartons jaunes – le second un peu sévère – à Nuno Freire, et contraint Mamer à jouer presque toute la deuxième période en infériorité numérique. Ce qui n’a empêché Jager d’alerter Augustyn, d’un coup franc excentré frappé vain (78e).

Mais les opportunités ont tout de même été essentiellement hostertoises dans le second acte, sans succès : Federspiel s’est encore employé sur un tir puissant de Muric (68e), Adrovic a frappé juste à côté (85e), et personne n’avait suivi Habbas dans la surface pour scander au fond son lob (90+1).

Jager n’a rien lâché

Même scénario en prolongation, où Habbas s’est mal emmené le ballon (92e) et a frappé à coté alors que le cadre s’était ouvert, plein axe (104e), et où Albuquerque a stoppé une frappe de Steinmetz qui prenait le chemin des filets (98e). Mais l’entrant a eu le tort de vouloir contrôler un centre de Sacras, au lieu de le dégager, ce dont Lusala a profité pour récupérer le cuir et le catapulter sous la barre de Federspiel, impeccable jusque-là (2-1, 105+1).

Soulagé, Hostert ? On voyait alors assez mal comment Mamer pouvait recoller. Mais c’était compter sans l’inusable Jager, buteur en pivot sur une remise en jeu prolongée de la tête par Martin (2-2, 114e) et qui a, malgré une ultime opportunité gâchée de la tête par Habbas (120+2), permis aux challengers d’arracher une séance de tirs au but.

À ce petit jeu, c’est l’USH qui s’est montrée la plus ingénieuse : Augustyn a détourné les tentatives de Jager et Ketlas, et aucun hostertois n’a failli dans l’exercice, qui a confirmé qu’Hostert était bien le spécialiste grand-ducal de ces matches couperets : il s’agissait là du quatrième barrage disputé par le club du président Wolter, et de sa quatrième victoire.

Simon Butel

.share-post ul li{ list-style-type:none;}

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,504SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas