les opposants mobilisés à Florange

Près de 200 personnes opposées au nouveau tronçon autoroutier, A31 bis, sur le ban de Florange, étaient réunies, vendredi soir, en mairie. Cette réunion d’information provoquée par la municipalité, a montré la mobilisation des opposants. Quatre tracés sont cependant encore étudiés par l’État.

Les études sont en cours et la consultation publique n’est programmée qu’en septembre mais, depuis ce début d’année, les opposants au projet d’A31 bis se mobilisent à nouveau du côté de Florange. L’éventualité d’un tracé F5, mis à l’étude après la fermeture de la cokerie d’ArcelorMittal en mars 2020, a cristallisé de nouvelles oppositions. Certains habitants découvrant l’existence même du projet de tronçon autoroutier pourtant validé par l’État en 2019.

Pour clarifier les choses, suite à un dernier comité de pilotage du projet en mars, la municipalité de Florange a organisé, vendredi soir, une réunion publique d’information suivie par près de 200 personnes très remontées contre le projet autoroutier.

Quatre tracés

En présence du garant de la consultation publique, le maire, Rémy Dick, a présenté la synthèse du dernier comité de pilotage et les quatre tracés potentiels retenus. Reste dans la course : le F4 (tracé historique traversant Florange) mais uniquement en tunnel profond ; le F5 en tunnel profond (la sortie du tunnel se ferait après la cokerie et rejoindrait le Bois de l’étoile en tranchée encaissée) ; le F5 en tranchée couverte (traversant les friches de la cokerie) et le tracé F10 (au sud de Terville).

Ces quatre variantes feront l’objet d’une nouvelle concertation de la population en septembre, avant le choix définitif début 2023.

Plus discrets depuis 2015, les opposants aux projets d’autoroute à Florange sont remobilisés. (photo RL/DR)

«Ni F4 ni F5 !»

Bien que conforme aux éléments publics du dossier, la présentation a soulevé de nombreuses oppositions d’autant que l’impact de chaque tracé reste imprécis. Le retour du public est clair – «F4, F5 on n’en veut pas !» – et les arguments, multiples : préservation de la biodiversité, dévalorisation immobilière, nuisances, pollution, inefficacité d’une section à péage, etc. Les collectifs contre l’A31 bis sont d’autant plus mobilisés qu’aucun ne croit en la volonté de l’État de choisir une option en tunnel profond, forcément plus chère.

Face à une salle hostile, le maire a cependant, pendant plus de deux heures, tenté de replacer les tenants et aboutissants du débat, rappelant aussi la position des élus de la majorité de Florange : «Si l’État abandonne le projet d’autoroute, je serai le premier à me réjouir, mais si l’A31 bis doit se faire, nous devons avoir une protection maximum des populations par un tunnel profond.» Et de rappeler que la mobilisation de la population lors de la consultation publique, en septembre, sera décisive.

Lucie Bouvarel

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,502SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas