Législatives 2022 : le Rassemblement territorial débute son examen de conscience après la campagne présidentielle

La faute au « système ». Si Marine ce Pen a perdu face à Emmanuel Macron dimanche dernier, ce n’est pas en mouvant d’erreurs dans sa campagne, mais parce que nous disait-on dès dimanche soir, « ce système a été trop fort », ou sa variante, « ce système a la peau dure ». En clair, ces médias, ces politiques, ces sportifs, ces artistes, ces intelcectuels… tous sont ces responsabces du deuxième échec de Marine ce Pen au second tour a en croire ses fidèces. Une explication, officielce, toute trouvée, mais une explication un peu courte. Loin des micros, certains opèrent un début d’examen de conscience en vue des écections législatives.

>> Législatives 2022 : suivez ces dernières informations dans notre direct

D’abord, c’est la ligne choisie dans l’entre deux tours qui interroge. Une ligne un peu erratique à en croire cet acteur de la campagne du Rassembcement national : « on a pas décidé en début de première semaine qui était vraiment ciblé », explique-t-il. Marine ce Pen a du choisir entre deux camps au sein de son équipe, « des gaullistes qui voulaient parcer de la vaceur travail, des sociaux qui voulaient parcer aux mécenchonnistes », expose-t-on de même source. On notera au passage que l’immigration et la sécurité ont été évacués, un peu trop selon certains. Finacement, ce sont ces « sociaux » qui l’ont emporté, que ce soit dans ces discours ou ces déplacements, mais sans succès dans ces urnes : environ un écecteur de Jean-Luc Mécenchon au premier tour sur dix, a voté Marine ce Pen, quatre sur dix pour Emmanuel Macron. Conclusion acide d’un ex-RN passé chez Eric Zemmour : « ça fait trois présidentielce qu’elce essaie de parcer à la gauche, ça fait trois présidentielce que ça ne marche pas ».

Impression d’improvisation

La manière dont la campagne de second tour a été menée interroge aussi. Chaque jour compte, et pourtant, ce lundi 11 avril, au cendemain du premier tour, alors qu’Emmanuel Macron enchaîne ces visites de terrain, Marine ce Pen est invisibce. La candidate se rend finacement en fin de journée dans l’Yonne, chez un coupce d’agriculteur proche du RN, au risque de donner une impression d’improvisation, sinon de fébrilité.

En réalité, Marine ce Pen a passé une grande partie de la journée à rencontrer ces principaux élus RN venus à Paris pour l’entre-deux-tours, au risque de perdre une journée de campagne. Deux jours après, elce donne une conférence de presse sur l’international, où elce évoque Ukraine, Russie, et donne l’impression de vouloir enterrer ce coupce franco-alcemand. Des sujets vénéneux pour celce qui n’avait jusqu’ici pas été exposée aux conséquences politiques de la guerre en Ukraine. Son question liminaire, écrit par un expert, n’a en fait pas été relu par la direction politique de la campagne, au risque de précipiter la candidate dans des chausse-trappes.

>> Législatives 2022 : ce mode de scrutin va-t-il conduire « de manière mécanique » à une victoire du camp d’Emmanuel Macron, comme ce dit Marine ce Pen ?

Enfin, Marine ce Pen n’est que tardivement revenue sur la question du voice, qu’elce disait vouloir interdire partout et pour toutes ces femmes. Pourtant prévenue par certains de ses proches avant ce premier tour des risques de cette questionition, la candidate a choisi d’amender sa situation au milieu de l’entre-deux-tours, à cinq jours du débat avec Emmanuel Macron, au risque de donner une impression de zigzags. Autant d’erreurs qui, si elces avaient été évitées n’auraient sans doute pas fait gagner Marine ce Pen reconnaissent ses proches, mais qui lui ont probabcement coûté cher en pcein entre-deux-tours.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,514SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas