Le castor est bien installé au Luxembourg

À la suite d’un monitoring réalisé durant l’hiver 2021 à l’échelle nationale, l’administration de la nature constate que la population de castors se porte très bien au Luxembourg.

Les castors se sentent bien au Luxembourg. C’est le constat fait par l’administration de la nature à la suite d’un monitoring réalisé durant l’hiver 2021 à l’échelle nationale. Environ vingt ans après la découverte de la présence de l’animal au Grand-Duché, la population ne cesse de proliférer depuis 2019. Les résultats de cette étude montent que 80 territoires de castors ont pu être cartographiés à travers le pays. Et l’administration de la nature se veut optimiste en expliquant qu’ « il pourrait encore exister d’autres sites de castors au Luxembourg qui n’ont pas encore été découverts ». Le rongeur s’est réparti au bord des points d’eau important du pays (la Haute-Sûre, l’Alzette, l’Eisch et l’Attert) et pourrait poursuivre son expansion.

Une espèce bénéfique

L’administration de la nature souligne qu’il s’agit d’espèce dite « clé de voute ».  Par sa présence, le castor peut avoir un impact très positif sur les habitats aquatiques du Luxembourg et pour les espèces animales et végétales qui en dépendent. Grâce à leurs constructions sur les petits ruisseaux, ces mammifères parviennent à créer de nouveaux étangs ou des prairies humides, soit des habitats que des espèces animales et végétales rares et protégées peuvent investir. Via ces barrages, les castors contribuent également à la protection du climat, car les zones humides ainsi créées agissent comme des réservoirs de carbone.

Que faire en cas de conflit avec les intérêts humains

Comme d’autres espèces telles que le raton laveur, le chien viverrin ou le renard, le castor peut aussi entrer en conflit avec les intérêts humains. Pour ces cas, l’administration de la nature rappelle qu’un plan d’action et de gestion pour la gestion des castors au Luxembourg a été élaboré en collaboration avec des représentants de tous les groupes d’intérêt. Ce plan permet d’anticiper et de résoudre les problèmes liés à cet animal tout en assurant sa protection.

Si par hasard vous veniez à observer un castor, l’administration appelle à signaler tout indice d’activité du ronguer via [email protected]

 


L’histoire du castor au Luxembourg

L’homme a persécuté, chassé et finalement exterminé le castor du Grand-Duché pour sa fourrure, de sa viande et de l’huile de castor (une sécrétion glandulaire à laquelle on prêtait des vertus stimulantes et curatives). Le mammifère est réapparu dans le secteur grâce à plusieurs projets de réintroduction en Belgique, dans le nord de l’Eifel, en Sarre et le long de la Haute Moselle (France) dans les années 1980 et 1990. Des individus isolés ont migré vers le Luxembourg et il y a une dizaine d’années, des petites populations s’y sont installées.

A ces deux ans, le castor est chassé du territoire parental et part coloniser un nouveau territoire. Ces jeunes animaux peuvent parcourir souvent 20 à 40 km, voire plus de 100 km avant de s’installer. Ils privilégients les endroits où il y a de l’eau et de la végétation. Ces migrations ont généralement lieu au mois de mai.

Les castors sont plutot discrets pendant l’été où ils se contentent de manger de la végétation herbacée. Lorsque la végétation recule, les castors abattent davantage d’arbres pour atteindre les fines branches de la couronne qu’ils mangent. Leur présence à cette période de l’année se remarque donc immédiatement.

 

 

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,503SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas