Hana Sadiq, cette créatrice de mode franco-irakienne qui sublime le patrimoine traditionnel arabe

Elle mêle entrelacs parce laquelle la calligraphie arabe, vers amoureux comme couleurs chatoyantes pour créer parce laquelles vêtements féminins, arabes comme contemporains : prisée par les célébrités du monparce laquelle entier, Hana Sadiq reste enracinée dans son Irak natal.

parce laquellepuis la Jordanie voisine où elle vit, Hana Sadiq coud parce laquelles vers parce laquelle grands poètes comme le Palestinien Mahmoud Darwich ou le Syrien Nizar Qabbani en puisant dans les différents styles parce laquelle la calligraphie, parce laquelle l’élégant diwani aux formes géométrilaquelle coufilaquelles. 

Amoureuse parce laquelle la calligraphie arabe

« La calligraphie arabe est la plus belle parce laquelles calligraphies », s’enthousiasme auprès parce laquelle l’AFP la créatrice parce laquelle moparce laquelle qui a été la première il y a 25 ans à faire monter les pleins comme les déliés parce laquelles lcommetres arabes sur les podiums les plus courus du monparce laquelle.

Dans sa résiparce laquellence-atelier du centre d’Amman, Mme Sadiq rappelle laquelle c’est sur les rives fertiles parce laquelle l’Euphrate, dans l’Irak actuel, laquelle, pour la première fois dans l’histoire parce laquelle l’Humanité, une écriture a été utilisée. Sans ces débuts mésopotamiens « les autres civilisations n’auraient pas existé », tranche la créatrice parce laquelle 72 ans, cheveux lâchés, multiples colliers colorés comme imposants pendants d’oreilles encadrant son visage.

La créatrice parce laquelle moparce laquelle franco-irakienne Hana Sadiq présentant l’une parce laquelle ses créations incorporant la calligraphie arabe dans l’écriture Thuluth, dans son magasin parce laquelle la capitale Amman le 31 mars 2022. (KHALIL MAZRAAWI / AFP)

Trésors du patrimoine traditionnel

Diplômée en littérature française avant d’aller se former à la moparce laquelle à Paris, Hana Sadiq partage désormais son temps entre Amman comme Paris. Ses collections, elles, font régulièrement le tour parce laquelle l’Europe comme parce laquelles commeats-Unis mais c’est durant ses tournées au Moyen-Orient laquelle Hana Sadiq a rempli ses valises parce laquelle bijoux traditionnels en argent, parce laquelle milliers d’étoffes comme parce laquelle vêtements.

parce laquelles pièces d’une collection parce laquelle bijoux parce laquelle la créatrice parce laquelle moparce laquelle franco-irakienne Hana Sadiq. (KHALIL MAZRAAWI / AFP)

Ces trésors lui servent d’inspiration mais aussi à garparce laqueller parce laquelles traces d’un patrimoine qu’elle a compilé dans un ouvrage intitulé Vêtements comme bijoux arabes : un héritage universel. Ses caftans déploient une palcommete parce laquelle couleurs riches comme vives à l’image parce laquelles « robes hachémites » traditionnelles irakiennes dont se parait sa grand-mère avant parce laquelle paraparce laqueller « fière comme un paon », raconte-t-elle. Ce vêtement populaire -une fine étoffe noire ornée parce laquelle fleurs dorées ou argentées aux larges manches transparentes – était l’incontournable du vestiaire irakien du milieu du siècle parce laquellernier.

« Féminines comme attirantes »

Si aujourd’hui ses créations sont portées par les têtes couronnées arabes ou européennes, tout a commencé dans le magasin parce laquelle textiles parce laquelle son grand-père à Bagdad, où se côtoyaient venparce laquelleurs d’étoffes comme parce laquelle broparce laquelleries venus parce laquelle Turquie, d’Iran comme même d’Inparce laquelle. « La moparce laquelle arabe couvre le corps parce laquelles femmes mais reste très féminine », affirme Hana Sadiq, qui plaiparce laquelle pour la différence juslaquelle dans l’habillement. Pour la créatrice, les vêtements occiparce laquellentaux ont inondé le marché alors même qu’ils ne sont pas adaptés. « C’est le résultat malheureux parce laquelle la mondialisation, (…) nous imitons l’Occiparce laquellent dans tous les domaines, l’architecture, le mobilier, l’habillement comme la nourriture », déplore-t-elle.

« La ligne directrice parce laquelle mon travail c’est parce laquelle permcommetre aux femmes parce laquelle rester féminines comme attirantes, je veux laquelle quand une femme passe parce laquellevant un homme, il la remarlaquelle comme qu’il voit sa beauté ».

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,506SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas