VRAI OU FAKE. Eric Zemmour, Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Nicolas Dupont-Aignan… On a vérifié neuf affirmations des invités d »Elysée 2022″

Un grand rendez-vous politique à un peu plus de trois semaines du premier tour de l’élection présidentielle. L’émission « Elysée 2022 » sur France 2 a reçu, jeudi 17 mars, le candidat d’extrême droite Eric Zemmour, la socialiste Anne Hidalgo ainsi que le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan. 

Le leader de Reconquête ! a débattu avec Yannick Jadot, prétendant écologiste à l’Elysée, sur l’Europe et les questions d’immigration notamment. La maire de Paris a quant à elle fait face au président du groupe La République en marche (LREM) à l’Assemblée nationale, Christophe Castaner, pour un débat centré sur l’éducation et les retraites. Le candidat et président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a quant à lui échangé avec le député et porte-parole de LREM Roland Lescure. Retraites, immigration, éducation… Franceinfo a vérifié neuf déclarations qui ont marqué la soirée.

1Eric Zemmour a-t-il dit son « respect » et « peut-être [son] admiration » pour les terroristes de l’Hyper Cacher, comme l’a déclaré Yannick Jadot ? En partie vrai

« C’est vous qui avez dit votre respect, et peut-être votre admiration, pour les terroristes qui ont tué à l’Hyper Cacher. »

Yannick Jadot à Eric Zemmour

dans « Elysée 2022 »

Dans une interview au magazine Causeur en 2016, l’actuel président de Reconquête ! a affirmé « respecter les gens prêts à mourir pour ce en quoi ils croient », refusant de les qualifier « d’esprits faibles ». A la suite des propos d’Eric Zemmour, la Fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs (Fenvac) avait déposé plainte. Le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire pour apologie du terrorisme, classée sans suite en 2017.

2Y a-t-il « 50% d’échec en première année à l’université » aujourd’hui en France, comme le dit Eric Zemmour ? Plutôt vrai

« [Aujourd’hui en France, il y a] 50% d’échec en première année à l’université »

Eric Zemmour

dans « Elysée 2022 »

Le candidat d’extrême droite a plutôt raison : en 2020, le taux de réussite des bacheliers 2019 inscrits en L1 (première année de licence) était de 54%, soit un taux d’échec de 46%, selon une note du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Le taux de réussite en 2020 était néanmoins en hausse de huit points par rapport à celui de l’an passé.

3Un tiers des réfugiés venus d’Ukraine sont-ils des non-Ukrainiens, comme l’affirme Eric Zemmour ? Faux

« On découvre déjà (…) que dans ces réfugiés dits ukrainiens, il y a un tiers d’Algériens, de Marocains, d’Africains, qui se sont faufilés dans cette ouverture du couloir Schengen. »

Eric Zemmour

dans « Elysée 2022 »

Interrogé sur l’accueil des réfugiés en France fuyant la guerre en Ukraine, Eric Zemmour a cité un article du Figaro (pour les abonnés) publié le 8 mars. Le quotidien assure que « quasiment un réfugié sur trois n’est pas Ukrainien », sans toutefois donner explicitement la source de cette information. Ce chiffre a depuis été repris par plusieurs personnalités soutiens d’Eric Zemmour, comme Nicolas Bay ou Marion Maréchal.

Le ministère de l’Intérieur a contredit ces chiffres auprès de nos confrères de Mediacités. Ainsi, au 14 mars, 14 631 personnes étaient entrées en France depuis le 25 février et le début de la guerre. Parmi elles, 14 275 ont été enregistrées comme étant de nationalité ukrainienne, soit 97,5%. Les non-Ukrainiens représentaient 2,5 % des personnes accueillies en France, et non près d’un tiers.

Interrogé par Mediacités sur le « tiers » de non-Ukrainiens évoqué par Le Figaro, le directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration explique que « dans les tout premiers jours, il y avait plus de personnes non ukrainiennes que de personnes ukrainiennes qui restaient, elles, dans les pays frontaliers proches de leurs familles encore sur place ». Toutefois, « au fur et à mesure, le pourcentage de personnes non ukrainiennes a totalement diminué car les Ukrainiens ont commencé à chercher refuge ailleurs qu’à la frontière », ajoute Didier Leschi. 

4Le passé simple n’est-il désormais enseigné qu’à partir de la 5e, comme le sous-entend Eric Zemmour ? Plutôt faux

« Aujourd’hui, on apprend le passé simple en cinquième (…) Dans mon enfance, tout comme mes enfants, on a appris le passé simple en CE2. »

Eric Zemmour

dans « Elysée 2022 »

Interrogé sur l’éducation, Eric Zemmour a assuré que les programmes de conjugaison ont évolué. Depuis l’entrée en vigueur des nouveaux programmes scolaires, en 2016, le passé simple est abordé à partir du troisième cycle, c’est-à-dire en CM1, CM2 et en sixième. Donc avant la cinquième, contrairement à ce qu’Eric Zemmour laisse entendre. Dans les programmes de 2008, les écoliers apprenaient le passé simple dès le CE2, relevait en 2018 20 Minutes. La réforme de 2016 n’a donc repoussé que d’un an le début de cet apprentissage.

5Emmanuel Macron a-t-il supprimé « les critères de pénibilité pour retirer la possibilité de départs à la retraite plus tôt », comme l’a déclaré Anne Hidalgo ? Plutôt vrai

« [Emmanuel Macron a] supprimé ce qu’on appelle des critères de pénibilité (…) pour retirer la possibilité de départs à la retraite plus tôt, par exemple pour ceux qui ont été exposés à des produits chimiques, qui ont porté des charges lourdes. »

Anne Hidalgo

dans « Elysée 2022

En octobre 2017, le compte professionnel de prévention a remplacé le compte personnel de prévention de la pénibilité. Quatre des dix facteurs de pénibilité reconnus dans le cadre de ce dispositif, qui permettaient d’accumuler des droits de formation, de réduction du temps de travail, ou de partir à la retraite plus tôt, ont alors été supprimés. Il s’agit des manutentions manuelles de charges, des postures pénibles, des vibrations mécaniques et du risque chimique, accusés par les employeurs d’être trop difficiles à mesurer.

Le départ anticipé d’un salarié à la suite de l’exposition à l’un de ces quatre critères reste néanmoins envisageable. Cependant, cela concerne uniquement les cas de « maladie professionnelle » liée à l’un de ces quatre facteurs et lorsque « le taux d’incapacité permanente excède les 10% », explique le gouvernement.

6Les profs français sont-ils « deux fois moins » payés qu’en Allemagne ou aux Pays-Bas, comme le déclare Anne Hidalgo ? Plutôt vrai

« Les enseignants en France sont payés deux fois moins, par exemple, qu’en Allemagne ou aux Pays-Bas. »

Anne Hidalgo

dans « Elysée 2022 »

L’ordre de grandeur de la candidate socialiste est plutôt juste. Les indicateurs de l’OCDE (2019) confirment cet écart, au moins entre la France et l’Allemagne. Dans le primaire, un enseignant gagne 31 300 équivalents dollars américains par an en France lorsqu’il débute. C’est deux fois moins qu’un enseignant allemand (63 257), et 1,33 fois moins qu’un Néerlandais (41 632). A l’échelon maximal, un enseignant français gagne 55 086 équivalent dollars, soit 1,5 fois moins qu’en Allemagne (83 178), et 1,24 fois moins qu’aux Pays-Bas (68 525).

La différence est plus nette encore dans le premier cycle du secondaire. L’enseignant français touche 32 941 équivalents dollars annuels en début de carrière, soit plus de deux fois moins que son collègue allemand (69 735 équivalents dollars) et 1,3 fois moins que son confrère néerlandais (44 215 équivalents dollars). A l’échelon maximum, l’enseignant français gagne 56 889 équivalents dollars annuels, 91 510 pour l’Allemand, et 90 639 pour le Néerlandais. 

A l’échelle plus globale, « par rapport à la moyenne des pays de l’OCDE, un enseignant français en début de carrière gagne 7% de moins que cette moyenne ; après dix ou quinze ans d’ancienneté, l’écart monte à 20% », évalue Eric Charbonnier, analyste spécialiste de l’éducation à l’OCDE, auprès de France 2.

7N’y a-t-il pas de prison ferme pour les condamnations de moins de six mois, comme le dit Nicolas Dupont-Aignan ? Vrai

« En dessous d’une condamnation à six mois ferme, il n’y a pas de prison et un magistrat n’a même pas le droit de porter une condamnation [de] moins d’un mois. »

Nicolas Dupont-Aignan

dans « Elysée 2022 »

Le candidat souverainiste fait référence à la loi du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice qui a modifié l’échelle des peines et les conditions de leur aménagement. Elle prévoit que les petites peines de prison ferme, inférieures ou égales à six mois, soient aménagées (à domicile sous bracelet électronique, en placement à l’extérieur ou en semi-liberté), sauf « impossibilité résultant soit de la personnalité, soit de la situation du condamné », précise le portail de l’administration française. Le texte interdit par ailleurs de prononcer des peines ferme inférieures à un mois, jugées inefficaces.

Nicolas Dupont-Aignan oublie cependant de préciser que, lorsque la peine de prison est supérieure à un an, elle ne peut pas être aménagée avant son exécution. Si la peine est inférieure ou égale à cinq ans, et lorsque les deux tiers de la peine ont déjà été exécutés, l’article 83 de la loi prévoit un examen de la situation du détenu par le juge d’application des peines « afin que soit prononcée une libération sous contrainte ».

8 Le nombre d’élèves par enseignant a-t-il diminué sous le quinquennat d’Emmanuel Macron, comme l’affirme Christophe Castaner ? Plutôt vrai

« En 2016, il y avait 17,68 élèves par classe. Aujourd’hui, il y a 17,29 élèves par classe pour un enseignant, en moyenne. »

Christophe Castaner

dans « Elysée 2022 »

Face à Anne Hidalgo, Christophe Castaner a défendu le bilan d’Emmanuel Macron sur l’école. Les chiffres qu’il a avancés sont très proches de ceux relevés par franceinfo. A la rentrée 2022, il y avait un enseignant pour 16,8 élèves dans le premier degré, selon la direction de l’évaluation de la prospective et de la performance. Il y en avait 17,1 en 2021 et 18,3 en 2017. Si la trajectoire de la France va bien vers un allègement des effectifs, ces derniers étaient plutôt élevés par rapport aux autres pays européens en 2019, observe Eurostat.

En outre, tous les professeurs n’étant pas à temps plein ou en poste tout au long de l’année, si l’on s’attarde sur la moyenne du nombre d’élèves par classe (et non pour un enseignant), les chiffres s’avèrent plus élevés. Le ministère de l’Education nationale parle de 23,2 élèves par classe en préélémentaire et de 21,9 élèves par classe en élémentaire en moyenne à la rentrée 2020.

9Nicolas Dupont-Aignan a-t-il dit que « l’incendie de Notre-Dame n’était pas accidentel, sous-entendant que c’était peut-être le résultat d’un attentat » ? Plutôt vrai

« Vous avez dit que l’incendie de Notre-Dame n’était pas accidentel, sous-entendant que c’était peut-être le résultat d’un attentat. »

Roland Lescure à Nicolas Dupont-Aignan

dans « Elysée 2022 »

En fin d’émission, Roland Lescure, porte-parole de La République en marche, a rappelé au candidat de Debout la France ses nombreuses interrogations sur l’origine de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, en avril 2019. Le soir du drame, Nicolas Dupont-Aignan s’interrogeait sur Twitter : « Il faut maintenant comprendre l’origine de ce désastre ! Les Français en souffrance ont le droit de savoir la vérité. » Questionné sur le parvis de la cathédrale, où il s’était rendu peu après, il avait martelé : « Il faut savoir si c’est un accident ou si c’est un attentat », comme le rapportait 20 Minutes.

Alors que la thèse de l’accident est depuis le début de l’enquête privilégiée par les enquêteurs, le président de Debout la France maintient sa position, dans un documentaire sur les origines du sinistre, diffusé par Russia Today le 15 avril 2020, note Libération. « Tout a été fait pour faire croire à un accident. Et, comme tous les Français, j’ai trouvé cette précipitation et cette thèse peu vraisemblables. »

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,514SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas