[LuxFilmFest] Avec «Hit the Road», Panah Panahi a trouvé sa voix

Fils du cinéaste militant et icône du cinéma iranien Jafar Panahi, Panah Panahi réalise avec « Hit the Road », son premier film, une véritable sensation, où la comédie douce-amère cache des enjeux politiques. Rencontre.

À 37 ans, Panah Panahi a franchi le pas de la réalisation. Passé par la photographie de plateau à l’époque de ses études de cinéma, il est devenu par la suite assistant réalisateur, opérateur et monteur, des fonctions qui l’ont formé et qu’il a continué d’occuper sur les plus récents films de son père, Jafar Panahi. L’un des cinéastes les plus influents du cinéma iranien actuel est, depuis 2010, interdit de quitter le pays et d’exercer sa profession de cinéaste pour «propagande contre le régime»; son fils, lui, n’a, dit-il, pas eu de problème pour tourner Hit the Road dans les règles, mais doute que ce premier film soit montré en Iran.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,496SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas