La France et l’Allemagne se « préparent » à un arrêt potentiel des livraisons de gaz russe

L’Allemagne et la France se « préparent » à un potentiel arrêt des importations de gaz russe, ont indiqué jeudi les gouvernements des deux pays, qui ont également réitéré leur opposition à tout paiement en roubles des livraisons.

« Il peut y avoir une situation dans laquelle demain (…) il n’y aura plus de gaz russe », et « c’est à nous de préparer ces scénarios-là, et nous les préparons », a déclaré le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, lors d’une conférence de presse avec le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck.

Berlin et Paris ont dans le même temps réitéré leur refus de payer en roubles les livraisons de gaz russe, comme demandé par Vladimir Poutine. « Il est écrit dans les contrats que les paiements se font en euros et parfois en dollars », a expliqué le chancelier allemand, Olaf Scholz, lors d’une conférence de presse distincte également organisée jeudi à Berlin. « J’ai dit clairement au président russe que cela resterait ainsi » et « les entreprises veulent pouvoir payer en euros et le feront », a-t-il ajouté.

« Les contrats prévoient une monnaie dans laquelle ils sont exécutés et donc les contrats doivent être exécutés dans la monnaie prévue », a martelé de son côté Bruno Le Maire. « Les contrats sont les contrats », a-t-il ajouté.

Poutine conciliant mercredi, puis menaçant ce jeudi

Vladimir Poutine a annoncé la semaine dernière que la Russie n’accepterait plus de paiements en dollars ou en euros pour les livraisons de gaz à l’UE. Le président russe a expliqué que sa décision était une réaction au gel des actifs de la Russie décidée par les Occidentaux pour sanctionner Moscou après l’invasion de l’Ukraine.

Lors d’une conversation téléphonique avec Olaf Scholz mercredi, Vladimir Poutine a assuré au chancelier que les paiements « continueraient à être en euros », selon des propos rapportés par le gouvernement allemand. Les fonds seront « transférés comme d’habitude sur la Gazprom Bank, qui n’est pas frappée de sanctions », et se chargera de la conversion en roubles, a détaillé Berlin.

Mais jeudi, le président russe a réitéré ses menaces, assurant que son pays ne livrerait plus de gaz aux pays « inamicaux » refusant de payer en roubles à partir de vendredi 1er avril. Il a ajouté qu’en cas de refus, « les contrats en cours seront arrêtés ».

Avant la guerre, l’Union européenne importait 40 % de son gaz depuis la Russie. L’Allemagne était particulièrement dépendante, avec une proportion de 55 %.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,503SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas