« Je m’engage parce que cette société est révoltante et étouffante »

Direction Saint-Ouen, ville populaire au passé industriel située dans le département de la Seine-Saint-Denis. Devant la station de RER, des affiches de campagne longent la rue principale. Ce sont celles de Nathalie Arthaud, candidate Lutte ouvrière à l’élection présidentielle. Jeanne, 25 ans, explique pourquoi elle a décidé de s’engager auprès d’elle dans la campagne.

Jeanne, qui ne vient pas d’un milieu ouvrier, « s’est rendue compte très tôt que la société était profondément inégalitaire et injuste ». Elle raconte que son engagement politique est probablement né en réaction aux opinions politiques de ses parents. « Ce qui ne me plaisait pas, c’était d’entendre que le monde avait toujours été comme ça, que c’était normal qu’il y ait des riches et des pauvres et que les travailleurs, ayant fait moins d’études, n’étaient pas capables de faire les boulots où on était mieux payés. »

S’engager en politique est aussi une manière pour Jeanne de résister, selon elle. « Quand on est un peu convaincus et conscients que la société pourrait permettre de nourrir, de soigner et de loger tout le monde et qu’on ne s’engage pas, quelque part ça veut dire qu’on accepte. »

« La société nous met dans une bulle surtout quand on vient d’un milieu qui n’est pas défavorisé. »

Grâce à son militantisme, Jeanne évoque « une vie riche » au lieu « d’une vie toute tracée » qui lui était proposée. « Je m’engage parce que cette société est révoltante et étouffante. »

Jeanne explique pourquoi elle tient à soutenir la candidature de Nathalie Arthaud, créditée de 0,5% d’intentions de vote. « Moi, tous ceux qui nous expliquent de notre vie va changer en votant pour eux, non seulement, je n’y crois pas, mais j’ai envie de me bagarrer contre ces idées-là car ce sont des illusions. »

« Aujourd’hui, il n’y a plus grand monde pour affirmer que c’est le camp des travailleurs l’avenir. »

Si Jeanne défend la candidate Lutte ouvrière à l’élection présidentielle « parce que c’est mes idées, c’est mes convictions. Nathalie Arthaud le dit souvent que ce n’est pas un programme présidentiel qu’elle a : c’est un programme de lutte qu’on défend. »

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,498SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas