[Cinéma] «The Innocents», la violence filmée à hauteur d’enfant

Glaçante sensation aux derniers festivals de Cannes et de Gérardmer, The Innocents sort ce mercredi sur les écrans. Son réalisateur, Eskil Vogt, y explore le genre fantastique et la violence à travers le cercle très fermé de l’enfance. Un choc.

Avec Eskil Vogt, la peur se présente sous ses atours les plus tranquilles. Dans Blind (2014), son premier long métrage, elle naissait d’un handicap, la perte de la vue de la protagoniste : un sens en moins qui fait apparaître des sensations refoulées.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,498SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas