Valérie Pécresse s’emploie à faire rebondir sa campagne au Cannet

Oral de rattrapage pour Valérie Pécresse. La candidate LR à l’élection présidentielle tenait vendredi 18 février au Cannet (Alpes-Maritimes) son deuxième grand meeting de campagne, cinq jours après la réunion publique du Zenith de Paris, critiqué jusque dans son camp.

« Je suis femme libre et indomptable, je sera sereine dans la tempête, je garderai le cap jusqu’à l’Elysée », a lancé la Valérie Pécresse sous les applaudissements de 2.000 spectateurs.

Dans ce bastion LR, la mise en scène était plus classique : jeunes LR assis sur scène, plusieurs ténors régionaux intervenant avant elle, deux drapeaux français et européens en arrière plan… Surtout, Valérie Pécresse parlait sans notes, arpentant le podium et émaillant d’interpellations au public son discours de près d’une heure, loin de l’attitude figée au pupitre qui avait laissé une image contrariée au Zenith.

Nouveau changement de forme : Valérie Pécresse abandonne le pupitre et se balade sur scène, micro à la main, sans texte ni prompteur sous les yeux. Dès les premières secondes, ça sonne indéniablement mieux que dimanche dernier. pic.twitter.com/OXTz8fvW2x

— Julien Nény (@JulienNeny) February 18, 2022

Dans ce discours, la candidate en perte de vitesse dans les sondages a pilonné la macronie, déplorant d’être « la cible de toutes les attaques depuis janvier ». « C’est le bal des hypocrites » avec « un jeu totalement malsain de LREM pour faire monter les extrêmes » et assurer la réélection d’Emmanuel Macron, a-t-elle lancé.

Se décrivant comme « la candidate de la feuille de paie », elle a déploré dans son discours que les retraités soient les « sacrifiés » du quinquennat Macron et a promis de rétablir l’universalité des allocations familiales.

« On va tout débureaucratiser, tout simplifier » dans la santé, a-t-elle assuré avant de déclencher les applaudissements avec son discours ferme sur l’immigration, dans le département fief d’Eric Ciotti: fin des droit du sol et regroupement familial automatiques, asile aux frontières…

En « fidèle héritière du général De Gaulle », elle a aussi promis de « réhabiliter le référendum », notamment sur l’immigration et la sécurité, et de relancer le referendum d’initiative populaire.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,513SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas