une reprise progressive avec « 20 à 30% » de billets vendus en moins, selon le président des Zénith de Paris, Nantes et Toulouse

Daniel Colling, président des sociétés d’exploitation des Zénith de Paris, Nantes et Toulouse, se dit soulagé mercredi 16 février sur franceinfo de la reprise des concerts debout, mais « il faudra un certain temps pour que le public retrouve des habitudes normales », avec 20% à 30% de billets vendus en moins jusqu’à juin.

franceinfo : C’est une journée de soulagement pour vous ?

Daniel Colling : Complètement. Les propos du premier ministre, le mois dernier ont permis de clarifier complètement la situation. Pendant deux ans, nous n’avons pratiquement pas fait de concerts. Là, il a levé les autorisations. À partir de ce soir, on peut faire des spectacles avec du public debout, qui est notre particularité. Les producteurs et artistes ont pu caler définitivement des spectacles qui étaient continuellement reportés ou annulés.

Les concerts ont été reprogrammés ou il y a des annulations pures ?

Les deux. Dans les mois qui viennent, on aura des reports qui se sont faits deux ou trois fois, des spectacles qui sont annulés aussi.

« Le Zénith de Paris, en particulier, présente un certain nombre de spectacles internationaux, et la plupart sont reportés en 2023 parce qu’ils dépendent de normes sanitaires d’autres pays. »

Daniel Colling, président des sociétés d’exploitation des Zénith de Paris, Nantes et Toulouse

à franceinfo

Comme ils sont en tournée européenne, les problèmes de normes françaises ne sont pas les mêmes qu’en Belgique, en Hollande, etc. Donc, la plupart des artistes américains ou anglo-saxons ont reporté leur tournée.

Le 16 février, c’est une date symbolique : la reprise est-elle plus progressive ?

Oui. On va proposer un grand nombre de spectacles, plus en 2022 qu’avant la pandémie, en 2018 ou 2019. On cumule les nouvelles entrées et les reports, mais au moins jusqu’à juin, ces spectacles sont moins fréquentés, on vend moins de billets que d’habitude. Il faudra un certain temps pour que le public retrouve des habitudes normales. On est en ce moment à -20% ou -30% de public potentiel. Si tout se passe bien pour l’automne, on pense revenir à une fréquentation normale.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,507SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas