L’Irak veut réhabiliter les palais en ruines de Saddam Hussein

Les initiales «S. H.» sont parfois encore visibles, sculptées dans les moulures. Parmi les dizaines de palais construits par Saddam Hussein en Irak, la majorité tombe en ruine ou accueille des bases militaires. Seuls quelques-uns ont été réhabilités.

Renversé en 2003 par l’invasion américaine, Saddam Hussein faisait construire à tour de bras palais et monuments publics, défiant allègrement l’embargo occidental des années 1990. Aux quatre coins de l’Irak, plus d’une centaine de villas, résidences et complexes présidentiels de toutes tailles affichent sans complexe sa mégalomanie et folie des grandeurs. Le plus souvent, Saddam ne s’y est rendu qu’une ou deux fois.

Tel un empereur mésopotamien, son profil gravé sur les bas-reliefs, parfois au côté du roi Nabuchodonosor II, est toujours visible dans l’un de ces palais, à Babylone, dans le centre du pays. «Nous pourrions transformer ces palais en musées, du moins à Bagdad : un musée de la tapisserie par exemple, sur la famille royale ou l’art islamique», avance le directeur du conseil irakien des Antiquités et du Patrimoine, Laith Majid Hussein. Mais il admet que la réhabilitation de certains «châteaux gigantesques» nécessiterait «des sommes astronomiques».

La bureaucratie et la corruption entravent la restauration de ces palais pour en faire des complexes touristiques

Après 2003, ces sites ont été pillés, endommagés lors des conflits successifs ayant déchiré l’Irak ou servi de bases militaires aux forces étrangères. Aujourd’hui, les palais réhabilités demeurent l’exception. Les autres tombent en ruine ou ont été investis par des factions armées.

«La bureaucratie et la corruption entravent la restauration de ces palais pour en faire des complexes touristiques ou des centres du patrimoine», regrette un haut responsable gouvernemental, s’exprimant sous couvert d’anonymat.

Musées et universités

À Bagdad, trois palais construits par Saddam Hussein accueillent la présidence et les bureaux du Premier ministre. Après avoir servi un temps de base américaine, le somptueux complexe Al-Faw héberge depuis 2021 une très chic université américaine sur les berges luxuriantes d’un lac artificiel, avec des amphithéâtres et même un «food court» dans des bâtiments en pierre et en marbre. Le directeur de l’université, Michael Mulnix, ne cache pas sa fierté.

Si le palais principal était relativement préservé, «tous les autres bâtiments étaient endommagés. Les fenêtres étaient cassées, les oiseaux volaient à l’intérieur, il y avait des serpents. C’était le désordre.» Il désigne au plafond les initiales de l’ancien homme fort calligraphiées en arabe.

«On s’est demandé ce qu’il fallait en faire, les effacer ou les recouvrir», dit-il, louant la décision de les préserver dans ce «palais de dictateur (…) transformé en un établissement d’enseignement supérieur pour tous les Irakiens».

À Bassora, au sud de l’Irak, trois palais subsistent. Deux sont utilisés par le Hachd al-Chaabi, les paramilitaires pro-Iran intégrés aux forces régulières. Quant au troisième, c’est depuis 2016 un prestigieux musée d’antiquités. «Nous avons réussi à transformer ce symbole de la dictature en un symbole de la culture», s’enorgueillit Qahtan al-Obeid, responsable des antiquités de Bassora.

«Centre récréatif»

À ce jour, Bassora est «la seule province à avoir transformé un palais en un bâtiment du patrimoine», dit-il, estimant que le pays compterait 166 résidences, villas et autres complexes construits par le dictateur. «Les gouvernements successifs» depuis 2003 «n’ont rien construit et n’ont pas pu égaler ce que Saddam a érigé», lâche amèrement – et sous anonymat – un architecte de l’ancien régime.

Laith Majid Hussein assure toutefois que dans la province centrale de Babylone, les autorités vont transformer en musée un palais surplombant les ruines inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco. Juché sur une colline artificielle, l’imposant château ocre aux ouvertures béantes est déjà une attraction locale.

Dans les salons d’apparat abandonnés où pendent des lustres brinquebalants, les murs sont couverts de graffitis. Les dépendances ont été transformées en complexe hôtelier. «Quand on est venu en 2007 pour la première fois, le site était dans un état déplorable. Les autorités locales ont décidé d’en faire un centre récréatif pour les habitants», assure le directeur du complexe, Abdel Satar Naji.

C’est peut-être à Tikrit, ville natale de Saddam, que le constat est le plus saisissant. Sur les bords du Tigre, une trentaine de villas et de résidences sont en ruine. Un ponton et une bâtisse adjacente y sont devenus un lieu de commémoration du massacre de «Speicher», du nom d’une ancienne base militaire américaine.

En juin 2014, les jihadistes du groupe État islamique y avaient exécuté des centaines de jeunes recrues. Selon des estimations, ce massacre aurait fait jusqu’à 1 700 morts.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,506SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas