Le Grand-Duc Henri a évoqué le conflit Ukraine-Russie à Pékin

Officiellement, le Grand-Duc Henri est à Pékin dans son rôle de membre du Comité olympique international. En marge des JO, le souverain a néanmoins honoré une invitation du président chinois Xi Jinping. Selon le ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn, le chef d’État a évoqué la crise ukrainienne avec son homologue.

La présence du Grand-Duc Henri aux Jeux olympiques de Pékin continue à faire débat au Luxembourg. Le souverain a en effet figuré parmi les rares chefs d’État à avoir assisté à l’ouverture officielle de vendredi.

Depuis plusieurs jours, la Cour grand-ducale, tout comme le Premier ministre, Xavier Bettel, insistent sur le fait que le souverain a fait le déplacement en Chine dans son rôle de membre du Comité olympique international (CIO) et non pas en tant que chef d’État.

À Pékin, cette différenciation n’est pas forcément faite. Elle n’a d’ailleurs rien d’évidente.

Consultations en amont avec le ministre Asselborn

Dimanche, le Grand-Duc Henri a été reçu par le président chinois Xi Jinping, donnant tout de même une dimension plus politique au déplacement. Ce lundi 7 février, interpellé par nos confrères de la radio 100,7, le ministre des Affaires étrangères a livré de plus amples détails sur cette entrevue bilatérale, ayant eu lieu dans un contexte international tendu.

«J’ai eu un long entretien avec le Grand-Duc avant son départ pour la Chine. C’est lui qui a pris l’initiative pour me consulter en amont de ce voyage», indique d’emblée Jean Asselborn.

Le chef d’État et le chef de la diplomatie luxembourgeoise ont échangé sur les thématiques à évoquer lors de sa rencontre avec le président chinois. «Le Grand-Duc n’est pas quelqu’un à qui on doit expliquer l’importance des droits de l’homme», souligne le ministre des Affaires étrangères.

«Il faut user de tous les moyens pour faire pression»

Jean Asselborn affirme avoir conseillé au Grand-Duc de profiter de sa rencontre avec son homologue chinois pour également évoquer le conflit entre l’Ukraine et la Russie. Quelques jours plus tôt, le président russe, Vladimir Poutine, avait été accueilli par Xi Jinping.

«Je lui ai dit que, selon moi, il faut user de tous les moyens pour mettre la pression afin d’éviter que le Kremlin ordonne une intervention militaire en Ukraine. La Chine a aussi un rôle de poids à jouer», développe le ministre des Affaires étrangères, soulignant au passage qu’il est important de «parler aussi avec les pays où il existe un potentiel d’amélioration» à l’échelle des droits de l’homme.

Malgré cette sortie politique, atypique, mais donc cautionnée par le gouvernement, le voyage du Grand-Duc à Pékin aurait été un «choix personnel», le tout dans le cadre de sa fonction au CIO. «Lors de la cérémonie d’ouverture, il n’était d’ailleurs pas assis en tribune d’honneur, mais dans la tribune réservée aux membres du CIO», précise Jean Asselborn.

L’économie aussi à l’ordre du jour

La communication officielle de la réception du souverain par le président Xi Jinping n’évoque pas le dossier ukrainien. «Notant que cette année marque le 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Luxembourg, M. Xi a affirmé que la Chine était prête à travailler avec le Luxembourg pour faire progresser le développement continu et stable des relations», relate ainsi Le Quotidien du peuple, l’organe médiatique officiel du Parti communiste chinois.

«Des efforts doivent être déployés pour exploiter le potentiel de coopération dans les domaines tels que les nouvelles et hautes technologies et l’économie verte, renforcer les services de fret aérien et promouvoir les échanges culturels entre les deux pays», aurait en outre estimé le président chinois lors de l’entrevue.

Toujours selon Le Quotidien du peuple, le Grand-Duc Henri «a exprimé la volonté du Luxembourg d’approfondir la coopération avec la Chine pour promouvoir conjointement le développement mondial et a remercié la Chine d’avoir aidé de nombreux pays, dont le Luxembourg, à lutter contre la pandémie et à stimuler la reprise économique».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter quotidienne.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,502SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas