Hausse des prix de l’énergie, EPR… L’État à la rescousse d’EDF

En 2021, EDF a réalisé 85 milliards d’euros de chiffre d’affaires, cinq milliards de résultats nets, c’est bien mieux que 2019, avant la crise Covid. EDF a bien vendu son électricité aux fournisseurs comme Total, Engie et surtout, elle l’a vendu à un prix très élevé, grâce à la hausse des cours. Le problème, en revanche, c’est qu’en 2022, ça promet d’être la douche froide. Les revenus de l’électricien risquent de s’effondrer car le groupe produit nettement moins.

EDF a dû arrêter de nombreux réacteurs, suite à des problèmes de corrosion. Au moins sept réacteurs sont immobilisés pour l’instant, parce que tout le parc nucléaire est en train d’être passé en revue, et il pourrait y avoir d’autres mises à l’arrêt cette année. Entre 2021 et 2022, EDF prévoit de produire un tiers de moins d’électricité. C’est sans compter aussi les retards de l’EPR de Flamanville et les sur-coûts que ça engendre. Suite à tous ces dysfonctionnements, EDF est très fragilisée.

L’État va injecter un peu plus de deux milliards d’euros. Bruno Le Maire le ministre de l’Économie vient de l’annoncer. Actionnaire principal d’EDF, avec 84% du capital, l’État veut redonner de l’argent frais au groupe. Et il y a urgence, car il s’agit d’éviter qu’EDF ne perde la confiance des investisseurs, éviter que le groupe ait du mal à emprunter de l’argent ou n’emprunte très cher, à des taux très élevés. Ce qui serait une catastrophe à un moment où EDF doit financer des investissements lourds
et notamment le grand plan annoncé par Emmanuel Macron la semaine dernière pour relancer le nucléaire. Il prévoit la construction d’au moins six nouveaux EPR, huit en option sur le long terme. Dès aujourd’hui, le gouvernement veut envoyer un signal aux investisseurs pour qu’ils continuent à placer leur argent dans le groupe EDF.

C’est un dossier très politique surtout à quelques semaines de l’élection présidentielle. En plus, si EDF est autant en difficultés, c’est parce que le gouvernement lui a demandé de faire des efforts pour faire face à la crise de l’énergie et geler les prix de l’électricité. Dans l’affaire, le groupe dit avoir perdu huit milliards d’euros. Autant dire que cette injection d’argent frais est bienvenue même si selon les analystes, EDF est tellement affaiblie que deux milliards ne suffiront pas.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,514SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas