au Cannet, Valérie Pécresse s’est montrée « plus vraie » qu’au Zénith de Paris, assure l’une de ses porte-paroles

Agnès Evren, députée européenne et porte-parole de Valérie Pécresse, a trouvé la candidate à l’Élysée du parti Les Républicains « beaucoup plus naturelle, plus authentique, plus vraie » lors de son meeting au Cannet (Alpes-Maritimes), vendredi soir, que lors de celui au Zénith de Paris, dimanche, qui lui a valu de nombreuses critiques, autant sur le fond que sur la forme. « J’ai pensé à cette phrase de Nietzsche, ‘ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort' », a-t-elle assuré, ce samedi sur franceinfo.

Au Zénith, Valérie Pécresse, seule sur scène et derrière un pupitre transparent, « manquait un peu de spontanéité naturelle », a reconnu Agnès Evren. « Elle l’a dit elle-même, le meeting n’est pas son exercice favori », a-t-elle ajouté. À l’entendre, « quand elle est dans un registre de la conversation, sans prompteur, naturelle, sans notes, elle montre sa compétence ».

Campagne de Valérie Pécresse ➡️ Agnès Evren dénonce “une surinterprétation orchestrée par la macronie” avec un objectif : “ils veulent essayer d’extrême-droitiser Valérie Pécresse”. “Elle incarne une droite ferme sur le régalien, une droite humaniste, sociale” pic.twitter.com/0fNrydGZIW

— franceinfo (@franceinfo) February 19, 2022

Vendredi soir, Valérie Pécresse n’a pas évoqué le concept complotiste du « grand remplacement », cher à l’extrême-droite, comme elle l’a fait dimanche. Selon Agnès Evren, celle qui porte les couleurs de LR à la présidentielle a, au contraire, « réfuté cette théorie ». « Ce qu’elle dit, c’est que peu importe qu’on soit blanc, noir ou métissé, ce qui compte, c’est l’amour de la France et le partage des valeurs universelles », a-t-elle assuré, tout en refusant de parler de « rétropédalage ».

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,504SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas