Les mesures d’Emmanuel Macron ont-elles vraiment permis aux travailleurs payés au Smic de toucher un treizième mois ?

Alors que plusieurs dizaines de milliers de Français ont manifesté jeudi 27 janvier pour réclamer de meilleurs salaires et davantage de pouvoir d’achat, la ministre du Travail assure que le gouvernement a permis aux salariés payés au Smic de toucher un treizième, voir un quatorzième mois de paie. Ce n’est pas aussi simple.

Article rédigé par

Publié le 28/01/2022 12:24

Temps de lecture : 1 min.

C’est un argument répété depuis des mois par les membres du gouvernement, que la ministre du Travail a repris encore une fois jeudi 27 janvier alors que des dizaines de milliers de manifestants descendaient dans la rue pour dénoncer des salaires trop bas et un pouvoir d’achat en berne.

« La suppression de la taxe habitation, de certaines cotisations sociales, avec l’augmentation de la prime d’activité, c’est l’équivalent pour quelqu’un qui gagne le Smic d’un 13e ou d’un 14e mois », a détaillé Elisabeth Borne, interrogée sur CNews.

Un rapport de la direction générale du Trésor paru en octobre a étudié l’impact d’une quarantaine de mesures prises par le gouvernement depuis le début du quinquennat. Il en ressort effectivement qu' »un travailleur célibataire rémunéré au Smic peut désormais gagner 170€ par mois de plus ». Mais il ne s’agit donc pas de tous les travailleurs payés au Smic. « Le cas-type choisi est un célibataire travaillant au Smic, qui payait 595 €/an de taxe d’habitation sur sa résidence principale avant réforme, qui réalise 111 heures supplémentaires par an, et qui reçoit une prime exceptionnelle de pouvoir d’achat de 600 €/an », précise le rapport.

Il s’agit donc d’un cas très précis qui ne peut pas permettre d’affirmer que tous ont bénéficié de la même augmentation. Concernant la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat par exemple, les chiffres de 2019 montrent que seulement 17% des petites entreprises ont versé cette « prime Macron » alors que ce sont elles qui comptent le plus de salariés au Smic. 

En résumé, Elisabeth Borne aurait dû préciser qu’il s’agissait d’un cas particulier, illustrant toutefois une tendance plus globale. Toujours selon le rapport de la direction générale du Trésor, les ménages modestes sont bien ceux qui ont connu la plus forte hausse de leur pouvoir d’achat depuis le début du quinquennat : +4% en quatre ans.

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,513SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas