Le Sacre du Tympan célèbre Michel Legrand, samedi soir en clôture de l’hommage de Radio France

Samedi 29 janvier, le jazz et l’esprit grand format seront à l’honneur pour le dernier jour du mini-festival organisé par Radio France en hommage à Michel Legrand, disparu le 26 janvier 2019 et qui fêterait ses 90 ans le 24 février prochain. Après l’Orchestre philharmonique de Radio France, les deux premiers soirs, c’est au tour de l’éclectique Sacre du Tympan, féru de groove et d’entraînantes fresques sonores, groupe de l’année aux Victoires du Jazz 2019, de s’emparer du répertoire du légendaire compositeur. Une mission qui ne pouvait que captiver son fondateur et directeur Fred Pallem, dont la discographie illustre le goût pour les musiques de film.

Le concert de samedi soir affiche complet… Mais il sera diffusé très bientôt sur France Musique. Il devrait également être filmé. Aux côtés du Sacre du Printemps, dirigé par Fred Pallem (par ailleurs à la basse), le public pourra entendre la chanteuse Alice Lewis et un orchestre de 21 cordes placé sous la direction de Mathieu Herzog. Avant le concert au Studio 104 de la Maison de la Radio, Fred Pallem répond aux questions de Franceinfo Culture.

Fred Pallem sur l’affiche du concert (détail) du 29 janvier 2022 à Radio France (SYLVAIN GRIPOIX)

Franceinfo Culture : Quel regard personnel portez-vous sur l’œuvre de Michel Legrand ?
Fred Pallem : Il a écrit des thèmes imparables, des compositions de très haut niveau. On ne peut que s’incliner devant un tel compositeur. Quand on pense à Un Été 42, c’est très difficile de dire que ce n’est pas de la bonne musique ou que c’est mal écrit. Michel Legrand est une sorte de génie de la musique, on ne peut rien y faire !

Avez-vous eu l’occasion de travailler avec lui ?
Oui, on a même fait des télévisions ensemble, ça s’était très bien passé.

Le classeriez-vous parmi vos compositeurs de musiques de films préférés ? Je me souviens de votre intérêt de longue date pour François de Roubaix…
Je n’ai pas vraiment de compositeur préféré. François de Roubaix avait une place particulière dans la mesure où il incarnait mon premier contact, dans mon enfance, avec la musique de film – sans savoir alors que c’en était. 

Comment avez-vous constitué le répertoire du concert ?
Face à cette commande de Radio France, mon challenge consistait à trouver des thèmes de Michel Legrand qui collent avec l’esthétique du Sacre du Tympan qui n’est ni un orchestre symphonique, ni un big band, mais quelque chose au croisement des deux, une formation un peu hybride. Le plus dur, c’était de trouver une liste de morceaux qui nous correspondent. Il a fallu écouter beaucoup de musique, faire un travail de recherche important pour exhumer des raretés. Ce qui m’intéressait le plus pour l’orchestre, c’était la période de Michel Legrand à mi-chemin entre la pop et le jazz. Elle est assez courte et se situe aux alentours de L’Affaire Thomas Crown, au début des années 70. C’est quelque chose qui disparaît ensuite. Chez Legrand, les années 60 sont très jazz, puis ça devient très symphonique.

Reprenez-vous des arrangements historiques, ou en avez-vous écrit de nouveaux ?
Au concert de samedi soir, en termes d’arrangements, il y a des créations qu’on a faites spécialement pour le concert… Et il y a d’autres choses qui n’ont jamais été jouées en concert, des raretés, comme par exemple Nursery Rhymes, qui avait été fait pour Stan Getz. Je pense que ça a été joué une fois en studio, et jamais rejoué par la suite. Claude Romano, le copiste de Michel Legrand, m’a dit qu’il ne possédait pas ces partitions dans ses archives. Certaines pièces ayant donc été perdues, il a fallu faire tout un tas de relevés [ndlr : retranscriptions de partitions après écoute des œuvres] spécialement pour le concert. Il y aussi un autre morceau, par exemple, pour une série intitulée Appelez-moi Mathilde !. Il est super, mais c’est quelque chose qu’on n’entend pas souvent !

Samedi soir, vous bénéficiez de la participation de l’orchestre de 21 cordes dirigé par Mathieu Herzog…
Oui, Mathieu est un Monsieur absolument incroyable que j’avais rencontré en travaillant sur l’album Re Focus de Sylvain Rifflet – qui sera présent au concert. Mathieu a fait beaucoup de direction d’orchestre pour Legrand dans les dernières années. J’ai la chance d’avoir vingt cordes incroyables qui vont compléter l’orchestre du Sacre. J’en suis ravi. Généralement, on fonctionne juste avec un quatuor, mais avec vingt cordes, la musique aura encore plus de souffle.

Hommage à Michel Legrand, par Fred Pallem et le Sacre du Tympan
Samedi 29 janvier 2022, 19h30
Maison de la Radio et de la Musique, Studio 104 (complet)
Concert « Jazz sur le vif » bientôt diffusé sur France Musique

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,507SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas