le dernier tube de Disney bat le record de « Libérée délivrée », à la surprise de son compositeur Lin-Manuel Miranda

L’entêtant Libérée délivrée de La Reine des neiges n’est plus la chanson numéro 1 de Disney.

Ne parlons pas de Bruno, du film Encanto, sorti en novembre dernier, vient de lui prendre ce titre détenu depuis 2013, en devenant la chanson de film la plus écoutée du XXIe siècle. Elle se classe ainsi quatrième du Billboard 100 aux États-Unis, première du Billboard 200, et numéro 1 des vidéos musicales sur YouTube. 

Un succès que son compositeur confie n’avoir pas vu venir. À 42 ans, Lin-Manuel Miranda est pourtant un spécialiste des tubes de types comédie musicale. Cela fait vingt ans maintenant qu’il en écrit, et six qu’il travaille pour Disney.

Après avoir signé toutes les chansons du dessin animé Vaiana en 2016, il a dû s’atteler à celles d’Encanto en 2020. Sauf que le Covid est arrivé, et avec lui le confinement. Lin-Manuel Miranda a donc tout composé chez lui, seul, sans réel recul sur ce qu’il est en train de faire. Il explique au magazine People s’être attardé sur d’autres chansons phares du film, mais… pas sur celle-ci, puisqu’elle n’était pas censée devenir un tube.

En revanche, il a vite remarqué que l’air restait dans la tête, à tel point que son beau-père l’a sifflée pendant une semaine après l’avoir entendue une seule fois.

The soundtrack to the Walt Disney animated musical film « Encanto » surges to No. 1 on the Billboard 200 albums chart. https://t.co/uYEo8PjgWh

— billboard (@billboard) January 9, 2022

Pour expliquer le succès, il y a donc le rythme, et puis il y a le fond de la chanson : l’histoire de ce fameux Bruno, un médium qui prédit des choses, voit le futur et dévoile les secrets. 

À la grande tante, Bruno annonce – à raison – qu’il va pleuvoir à son mariage, à sa nièce, il prédit un grand avenir, à un autre une calvitie possible, à un dernier une bedaine certaine… Bref, on comprend au fil de la chanson que les visions de Bruno sont assez simples. Ou comment poser s’interroger sur ce que l’on croit, ou de ce que l’on veut croire. Un thème subtil que le compositeur ne voyait pas devenir le plus gros tube de Disney depuis 26 ans, « mais voilà, ça rend humble », conclut Lin-Manuel Miranda. 

Il se dit très heureux que sa chanson plaise autant et inspire peut-être les plus jeunes, comme lui a été submergé, enfant, par Sous l’océan, la chanson de La Petite Sirène.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,507SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas