Terrenoire en duo avec Bernard Lavilliers pour déclarer leur amour à Saint-Étienne, leur ville natale

Sur l’un des titres de son nouvel album, Bernard Lavilliers réalise un duo avec les deux frères du groupe Terrenoire, qui comme lui sont originaires de Saint-Étienne. Ensemble, ils chantent leur amour pour la ville et son passé ouvrier.

Article rédigé par

France Télévisions

Rédaction Culture

Publié le 19/11/2021 09:44

Temps de lecture : 1 min.

Terrenoire, c’est en fait deux frères Raphaël et Théo Herrerias. Deux Stéphanois qui ont choisi d’appeler leur groupe du nom de la commune où ils ont grandi (et qui devint en 1970 un quartier de Saint-Étienne). Avec Bernard Lavilliers, ils chantent Je tiens d’elle, dans laquelle les trois hommes de générations différentes déclarent leur amour à cette ville ouvrière malmenée par les déroutes économiques mais qui garde en elle une capacité de renouveau indéniable.

Et c’est cette ville qui a permis une rencontre magique, car les deux frangins n’étaient en aucun cas des fans absolus de l’interprète de On the road again. Eux, c’était davantage Nougaro. Mais comme le raconte Rapahël, « on a parlé de Saint-Étienne tout de suite et après des heures d’échanges, on s’est dit : ‘Il faut qu’on écrive une chanson sur la ville. Et pendant plusieurs jours, on a coécrit la chanson. C’était très fluide ! »

Si cette rencontre avec Lavilliers est une chance pour Raphaël et Théo, le duo est loin d’être novice. Créé en 2017, Terrenoire a peaufiné son style très éclectique ( alternant pop, variété, hip-hop, électro) et son univers très poétique avant de sortir son premier album en août 2020 baptisé Les Forces contraires. Un album marqué par la mort de leur père en 2018. Une douleur terrible mais une étape fondatrice dans leur histoire personnelle qui a rejailli sur leur musique et fait naître des titres magnifiques comme Derrière le soleil.

Dans le duo, Raphaël, le frère aîné, chante et écrit. Théo, le cadet, s’occupe des arrangements et de la production. Tous deux vivent désormais à Paris. Selon eux, tout cela n’aurait pas été possible en restant à Saint-Étienne. Il faut savoir partir pour devenir quelqu’un. Mais Terrenoire revient toujours à ses racines. « Le fait d’avoir une jambe chez nous et une autre ailleurs pour voyager, faire des concerts puis revenir chez soi, c’est vraiment l’articulation qui nous paraît la meilleure. Mais on se sent Stéphanois, on se sentira toujours Stéphanois, on a trop d’attaches ici ! ».

Des attaches qu’ils vont célébrer le samedi 20 novembre à 20h30 avec un concert au Fil à Saint-Étienne, avec La Belle Vie en première partie. Une programmation 100 %…stéphanoise !

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,505SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas