Soupçons d’emplois fictifs : François Fillon se défend face aux juges

Publié le 16/11/2021 22:10

Mis à jour le 16/11/2021 22:10

France 2

Article rédigé par

Le procès en appel de François Fillon dans le cadre des emplois fictifs s’est ouvert, lundi 15 novembre. Après avoir été condamné en première instance, l’ancien Premier ministre tente à nouveau de s’innocenter.

L’affaire Fillon est à nouveau au cœur de l’actualité. En effet, mardi 16 novembre, le procès pour les emplois présumés fictifs a été réouvert. Les époux Fillon avaient été condamné en première instance. Eric Pelletier, en direct du Palais de Justice à Paris, revient sur les déclarations de l’ex-Premier ministre, qui se tenait face aux juges pour tenter de les convaincre.

« A la barre, on a vu un François Fillon qui a repris un accent politique. ‘Je me dois de vous dire quelques vérités qui n’ont pas été entendues en première instance’, commence-t-il. Et il rappelle ‘quand j’étais élu en 1981, plus de la moitié des députés employait un conjoint ou un membre de leur famille comme collaborateur parlementaire' », raconte Eric Pelletier. Pour la ligne de défense sur la réalité du travail de Pénélope Fillon, ce dernier à démenti les informations. « ‘Mon épouse a travaillé à mes côtés, c’est incontestable’ martèle-t-il. » François Fillon a tout de même fait part de ses regrets de ne pas avoir compris que la vie politique avait changé », conclut le journaliste.

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Newsletter

le JT de 20h

Tous les jours, recevez directement votre JT de 20H

Abonnement Newsletter

France Télévisions utilise votre adresse email afin de vous adresser des newsletters.

articles sur le même thème

Vu d’Europe

Franceinfo sélectionne chaque jour des contenus issus de médias audiovisuels publics européens, membres de l’Eurovision. Ces contenus sont publiés en anglais ou en français.

contenus sponsorisés

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,503SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas