la vie chère au cœur des revendications des manifestants

Publié le 30/11/2021 23:06

Article rédigé par

M.de Chalvron, J-J.Buty, L.Lavieille –

France 3

France Télévisions

Le cout de la vie est au cœur du déplacement du ministre des Outre-Mer, Sébastien Lecornu, dans les Antilles. Il se trouve mardi 30 novembre en Martinique, où le malaise se cristallise autour du pouvoir d’achat. 

Sur tous les barrages et rassemblement à Fort de France (Martinique), le refrain est le même : la vie chère. Elle fait maintenant partie des revendications des manifestants, au même titre que l’obligation vaccinale, pourtant à l’origine du mouvement. « On en peut plus. Les retraités n’arrivent plus à manger », s’agace une manifestante. D’après l’INSEE, les prix de l’alimentaire sont 38,2% plus élevés en Martinique qu’en métropole, même si les prix varient d’un produit à l’autre.

Il faut compter 1,69 euro pour un paquet de pâtes, soit 20% de plus que dans la même enseigne en métropole. Pour un pot de crème fraiche, il faut dépenser plus du double en Martinique. De quoi nourrir un sentiment d’incompréhension et d’injustice. « Tout le monde ne peut pas se payer un chariot par semaine, ce n’est pas possible, indique une habitante de l’île. Il y a beaucoup de misère, beaucoup de gens qui souffrent. » Face à la vie chère, le président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de Martinique, Henri Salomon, fait part de sa volonté « d’enrichir tous les Martiniquais ». Même s’il reconnaît que « dans une économie insulaire », la vie sera « toujours plus chère qu’ailleurs ». 

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,503SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas