l’hommage d’Emmanuel Macron aux Algériens

Publié le 16/10/2021 21:51

Mis à jour le 16/10/2021 23:07

Article rédigé par

C.Méral, J-B.Marteau, M.Petit-Jean, A.Derhille –

France 3

France Télévisions

Le 17 octobre 1961, alors qu’ils manifestaient pacifiquement, de nombreux Algériens avaient été la cible d’une répression sanglante. Le président de la République s’est rendu sur un des lieux du massacre, samedi 16 octobre.  

Un geste pour l’histoire : Emmanuel Macron a rendu hommage, samedi 16 octobre, aux Algériens tués durant la nuit du 17 octobre 1961. Il est le premier président français à se rendre sur l’un des lieux de la tragédie, le pont de Bezons (Hauts-de-Seine) d’où sont partis de nombreux manifestants. Il y a observé une minute de silence. Il a qualifié, à travers un communiqué de l’Elysée, les crimes commis durant cette nuit sanglante d' »inexcusables pour la République ». 

Le 17 octobre 1961, en pleine guerre d’Algérie, 25 000 manifestants défilent à Paris. Ils demandent la fin du couvre-feu qui leur est imposé tous les soirs. Armés de matraques et de fusils, les policiers chargent. Des Algériens sont tués ou jetés dans la Seine, avec l’assentiment du préfet de police d’alors, Maurice Papon. Plusieurs dizaines de personnes auraient perdu la vie, selon les historiens.

Aujourd’hui, certains militants du 17 octobre auraient aimé que le président reconnaisse un crime d’État et que justice soit rendue. « On peut assassiner des gens sans qu’il n’y ait ni poursuite, ni que ces gens soient nommés. (…) C’est un petit peu insupportable », commente Mehdi Lallaoui, président de l’association Au nom de la mémoire. 

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,505SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas