« Je ne vais pas faire campagne contre des amis avec qui je veux gouverner » assure Xavier Bertrand

Ce qu’il faut savoir

Il est le premier à droite à s’être déclaré pour la présidentielle 2022, et il espère être le candidat unique de son camp : Xavier Bertrand est le premier invité des « Matins présidentiels » de franceinfo, lundi 4 octobre, de 7 heures à 9 heures. Un format inédit dans lequel les candidats à l’Elysée détaillent leur programme face à Marc Fauvelle, Salhia Brakhlia et les experts de la rédaction. Deux heures en face-à-face et avec les questions des auditeurs pour prendre le temps de comprendre, détailler et questionner son projet présidentiel.

Interrogé sur la désignation du candidat de la droite, il a réitéré son opposition à une compétition entre les postulants à droite : « Je ne vais pas faire campagne contre des amis avec qui je veux gouverner la France », a-t-il estimé, ajoutant que « le 4 décembre », date du vote au congrès de LR, « c’est très tard ».

« Rassemblement » à droite. S’il se revendique candidat hors parti, Xavier Bertrand a renoué avec Les Républicains à l’approche de la présidentielle. Des mois durant, il s’est dit hostile à une primaire pour départager les différents candidats à droite, idée finalement rejetée par les adhérents de LR au profit d’un congrès. Pour obtenir le « rassemblement » des autres candidats derrière son nom et pour éviter un congrès « d’affrontement », Xavier Bertrand a proposé aux autres prétendants de droite à l’Elysée de les rencontrer « très rapidement, avant le 13 octobre », soit la date limite pour le dépôt des candidatures.

 Côté sondages. S’il est le mieux placé des candidats à droite, Xavier Bertrand marque cependant le pas dans les intentions de vote au premier tour. Selon le sondage Ipsos-Sopra Steria pour franceinfo et Le Parisien-Aujourd’hui en France publié vendredi, il ne serait pas qualifié pour le second tour de la présidentielle : Xavier Bertrand est quatrième avec 14% des intentions de vote, derrière Emmanuel Macron (24%), Marine Le Pen (16%) et Eric Zemmour (15%). Et il serait même distancé si Eric Zemmour ne se présentait pas : Emmanuel Macron et Marine Le Pen seraient alors à 25% des intentions de vote, contre 17% pour le président des Hauts-de-France.

 Une « prime au travail » et des propositions sur la sécurité. Concernant ses principales propositions, Xavier Bertrand entend « restaurer l’autorité de l’Etat, tourner la page du centralisme parisien et refaire du travail la clé de voûte » du projet national. Partisan d’une « République des territoires », Xavier Bertrand veut donner aux collectivités « la possibilité d’adapter les lois et règlements nationaux aux réalités locales ». Sur le thème de la sécurité, il affirme son intention de ramener la majorité pénale à 15 ans. Il promet « un an de prison ferme » pour les agresseurs des forces de l’ordre, mais aussi des peines minimales obligatoires pour les récidivistes. Il compte également créer 20 000 places de prison supplémentaires et propose que les amendes pénales impayées « soient saisies directement sur les salaires ou sur certaines prestations sociales, comme le RSA ». Sur le volet économique et social, Xavier Bertrand s’engage à mettre en place une « prime au travail » pour les salariés touchant jusqu’à 2 000 euros, qui remplacerait la prime d’activité. Le candidat s’engage par ailleurs à ce qu’il n’y ait « pas d’augmentation des prélèvements obligatoires » durant son mandat et juge « prioritaire » une réforme des retraites. 

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,496SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas