[BGL Ligue] Wiltz redresse, De Almeida porte le Progrès, Strassen leader 24 h au moins

Le Progrès aime jouer avec le feu, il n’a pas fallu beaucoup pour que les Pétangeois reviennent au score à la fin (3-2), mais heureusement pour Stéphane Leoni et ses gars, cela n’a pas été le cas. L’un des favoris au titre repart de l’avant.

On est passé par toutes les émotions lors de cette rencontre de samedi soir. Chaque formation a eu droit à sa mi-temps. La première pour le Progrès, la deuxième pour le Titus. Tout le monde était pourtant d’accord à la fin de la première période : le match était plié, mais cela ne fut pas le cas, car Pina, entré à la mi-temps, réduit immédiatement le score à la 51e. Son tir à bout portant des 10 mètres ne laisse aucune chance à Flauss.

Le match était relancé, après une première période exemplaire de la part du Progrès. Les locaux auraient pourtant pu compter cinq buts d’avance et personne n’aurait pu le contester. Il avait dû se contenter de trois buts. Dès l’entame, le Progrès avait mis la pression et asphyxié Pétange, complètement hors sujet. Normal, dès lors, de voir Skenderovic reprendre de la tête un corner boté par De Almeida (1-0, 8e). Le plus dur est fait pour les locaux, qui ne vont pas s’arrêter en si bon chemin. De Almeida, de tous les bons coups, double la marque après une perte de balle de Pétange que Mazure récupère pour servir idéalement De Almeida qui n’a plus qu’à fixer Barrela (2-0, 24e). Le score aurait pu être plus salé si la transversale n’avait pas empêché Muratovic d’inscrire son coup-franc. Il n’y avait pas moyen d’arrêter cette armada offensive-là, elle qui était tellement en manque de réussite ces dernières semaines.

Le Progrés triplera même la marque peu avant la mi-temps par De Almeida qui, d’un tir de 25 mètres, inscrit un splendide but qui laisse Barrela bouche bée.

Impossible de retourner ce genre de situation mais Nicolas Grézault y croit et fait tous ses changements à la mi-temps. Cela va porter ses fruits avec cette réduction du score de Pina puis, à 5 minutes du terme, avec le 3-2 : après un superbe travail d’Abreu qui sert Collet, ce dernier n’a plus qu’à mettre le ballon au fond. Mais ce but arrive trop tardivement : le Progrès va tenir. Le Titus peut avoir des regrets.

Jessy Ferreira

 

Wiltz – Fola (1-1)

Invaincu depuis la première journée de championnat et avec 13 points obtenus dans les cinq dernières rencontres, c’est un Fola confiant et avec un moral gonflé à bloc qui avait fait le déplacement dans le Nord où l’attendait une équipe locale en pleine tourmente.

Dan Huet avait jeté l’éponge en cours de semaine, remplacé par l’ancien arrière central David Vandenbroeck qui avait décidé de faire reculer d’un cran Philipps, promu défenseur dès lors. En début de rencontre, c’est un vent nouveau qui siffle «am Pëtz» où les Wiltzois, engagés et disciplinés, obtiennent deux occasions en or. Bunga et Ibrahimovic ne savent néanmoins pas profiter de ces aubaines (7e, 9e). Alors que le Fola a du mal à trouver son rythme de croisière, Mustafic, avec une frappe lointaine trouve la transversale (18e). Dans la foulée, Ibrahimovic seul devant Cabral, manque d’opportunisme. Et le festival des ratés devant le but eschois continue. À la 31e, c’est Osmanovic qui loupe l’immanquable. Second avertissement eschois juste avant le repos quand une fusée de Mustafic est repoussé par le montant du but de Schon.

Un peu contre le cours des événements, le Fola ouvre le score par Grisez qui reprend de la tête un corner de Mustafic (68e). Réaction immédiate des locaux quand Crnomut récupère victorieusement un centre de Serwy (1-1). Les Eschois digèrent ensuite mal un penalty non sifflé pour une faute d’Osmanovic sur Mustafic (77e). Finalement au terme d’un excellent match, les deux formations se quittent sur un nul 1-1.

Georges Bassing

 

Hamm – Strassen (0-4)

En s’imposant devant l’imprévisible RMH Benfica par 0-4, l’UNA Strassen devient provisoirement leader au moins durant 24 heures en attendant le verdict du match entre le F91 et Rosport, ce dimanche. Dans ce match piège (du moins au départ) les hommes de Christian Lutz ont su répondre présents grâce à leur attaquant Nico Perez. L’ancien hesperangeois envoyait une tête imparable à la 16e minute de jeu. À la 34e, les visiteurs doublent la mise par Rouffignac, qui profite d’un mauvais dégagement défensif pour ajuster le portier, Apolinario (0-2). Fort de cet avantage ils vont gérer tranquillement la fin de la première mi-temps.
Au retour des vestiaires, il n’y aura plus qu’une formation sur la pelouse à savoir l’UNA. Les banlieusards vont définitivement enfoncer le clou
par ce diable de Nico Perez qui, de près, glisse la balle eu fond des filets (0-3, 51e). Les visiteurs sont intenables et Diaf y va d’un effort
personnel pour conclure en beauté (0-4, 79e). Fin d’une rencontre maitrisée de bout en bout par les partenaires de capitaine Siebenaler.
Ils pourront profiter de l’instant au moins quelques heures.
Paulo Bastos   

 

RFCU – Mondorf (2-1)

Après la défaite à Pétange, les Racingmen se sont rassurés en prenant le meilleur sur Mondorf 2 buts à 1. La première période est disputée sur un rythme alerte. Il ne faut pas attendre longtemps  pour assister à la première situation chaude pour les joueurs de Jeff Saibene mais Machado détourne magnifiquement une frappe de Mabella (9e).

Sur une nouvelle offensive des ciel et blanc, Mabella voit sa frappe repoussée par la défense visiteuse mais le ballon revient dans les pieds de Rossi qui ouvre le score d’une frappe sèche (1-0, 21e). À la 34e minute, Rossi, encore lui, s’en va passer en revue la défense de Mondorf mais l’attaquant ouvre trop son pied face à Machado. Côté visiteurs, un sursaut d’orgueil leur permet de croire à l’égalisation quand Bonvini idéalement placé à l’entrée de la surface bute sur Ruffier (37e). Au retour des vestiaires, Mabella, en verve sur le front de l’attaque du RFCU, manque d’aggraver le score sur un rush côté gauche (52e). Ce n’est que partie remise quand Nakache décale l’ex-nancéien qui propulse le ballon au fond des filets d’une frappe rasante (2-0, 55e).

Si les locaux dominent de façon stérile, Mondorf n’a pas la tête sous l’eau et se montre menaçant sur une tête de Neves Da Costa (60e). Les hommes d’Arno Bonvini vont finalement être récompensés de leurs efforts lorsque Cétout se trouve à point nommé pour reprendre une offrande de Mendes Da Silva (2-1, 83e). Une réduction de l’écart qui ne leur permettra cependant pas de ne pas rentrer bredouille de leur déplacement dans la capitale.
Gilles Tarral 

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,513SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas