Rentrée : bouffée d’air pour élèves et parents

La levée de l’obligation du port du masque en classe sera accompagnée par un testing renforcé. L’objectif est de limiter la propagation du covid et les quarantaines. Des inquiétudes persistent toutefois.

La couverture vaccinale de la communauté scolaire a été un facteur primordial pour faire tomber le masque à l’école. Selon les chiffres livrés par le ministre Claude Meisch, les enseignants seront 90 % à être pleinement vaccinés pour la rentrée scolaire. Parmi les élèves de 12 à 18 ans, le taux de vaccination devrait atteindre les 55 % d’ici le 15 septembre. 

Le recours «plus massif» aux tests rapides doit contribuer à éviter que les écoles ne se transforment en «vecteurs de propagation du virus». Une attention particulière sera portée aux moins de 12 ans qui sont encore privés de vaccination. Et pour cause : lors de la semaine écoulée, les 0 à 14 ans ont constitué la classe d’âge où le virus s’est répandu le plus fortement (+13 %).

Les adolescents étaient moins touchés. Il existe toutefois des inquiétudes par rapport à leur taux de vaccination : «Il est (…) impératif de mobiliser notamment les adolescents et les jeunes de moins de 18 ans dont seuls 14,9 % sont complètement vaccinés, mais aussi les personnes âgées de 18 à 24 ans dont un peu plus de la moitié sont complètement vaccinées (55,7 %)», peut-on lire dans le rapport de la commission parlementaire de la Santé sur la prochaine loi covid.

Parmi les avis critiques sur le nouveau concept sanitaire, seul celui du Conseil d’État a été repris par les parlementaires. Les Sages avaient interjeté une opposition formelle, estimant que la sécurité juridique des dispositions concernant le port du masque n’était pas assurée.

Un risque de «discrimination»

En fin de compte, seuls les Sages ont été entendus. Le texte de loi ancre le retour du port du masque obligatoire en cas d’infections au sein d’une même classe ou d’un groupe d’élèves de plusieurs classes. Contrairement à la première ébauche, le concept sanitaire renforcé (lire ci-contre) a été précisé. Il restera d’application non pas durant 6, mais bien pendant 7 jours «après le dernier jour de présence de la personne infectée».

En parallèle, les mises à l’écart et renvois en quarantaine plus systématiques sont abandonnés «afin d’augmenter la qualité de l’enseignement et pour faciliter la vie professionnelle des parents», comme le résume le ministre Meisch.

Le recours à un testing renforcé et les mises en quarantaine des seuls élèves non vaccinés ou rétablis du covid interpellent toutefois la Commission consultative des droits de l’homme (CCDH). Elle attire l’attention sur «le risque de stigmatisation et d’éducation à deux vitesses». En cas d’un scénario 3 (entre 3 et 5 infections par classe), «les élèves vaccinés ou rétablis continueront à aller à l’école, alors que les autres seront soumis à une quarantaine, sans autorisation de sortie pour fréquenter l’école». L’apprentissage à distance pourrait mener à une «discrimination» des élèves sur base de leur état de santé.

À l’image des syndicats d’enseignants, la Chambre des salariés et le Conseil supérieur de certaines professions de santé n’ont pas eu gain de cause pour ce qui est de leur revendication d’installer des purificateurs d’air dans les salles de classe.

Le dispositif sanitaire en bref

PORT DU MASQUE Le masque peut être enlevé en salle de classe et lors des récréations. Le masque reste, par contre, obligatoire lors des déplacements à l’intérieur du bâtiment et dans les transports scolaires. Les moins de 6 ans restent exemptés du port du masque.

TESTING Dans le fondamental : 2 autotests par semaine à domicile pour le cycle 1; 2 autotests par semaine à l’école pour les cycles 2 à 4. Dans le secondaire : 2 autotests par semaine, dont 1 à domicile.

EN CAS D’INFECTION Le masque redevient obligatoire pendant 7 jours après le dernier jour de présence de la personne infectée.

SCÉNARIOS 1 ET 2 En cas d’une ou deux infections isolées, pas de quarantaine pour les élèves vaccinés ou rétablis. Pour les autres, mise en quarantaine avec autorisation de fréquenter les cours si l’élève accepte de se faire tester toutes les 48 heures à l’école. La quarantaine est levée en cas de test PCR négatif après le 7e jour.

SCÉNARIO 3 Entre trois et cinq infections par classe, toujours pas de quarantaine pour les élèves vaccinés ou guéris. Pour les autres, quarantaine et enseignement à distance. La quarantaine est levée en cas de test PCR négatif après le 7e jour.

SCÉNARIO 4 En cas de chaîne d’infections, le comité de pilotage «Covid-19 and Education» décide des mesures à prendre.

David Marques

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,503SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas