[BGL Ligue] Un Fola très déforcé se paie quand même le leader niederkornois

Décevant alors qu’il avait jusque-là très bien géré les nombreux chocs qu’il a eus à disputer, le Progrès Niederkorn a plié (2-0) au Galgenberg, contre un Fola resté sur son rythme européen.

On ne sait pas si c’est ce Fola très jeune et totalement remanié qui a particulièrement bien maîtrisé son sujet en première période ou le Progrès qui n’a pas été au niveau où on l’attendait sur la base de son début de saison et de son classement, mais à la pause, c’est le champion en titre qui mène devant le leader et ce n’est pas immérité.

Les hommes de Grandjean, privé d’un nombre considérable de joueurs (Bensi, Klein, L. Correia, Diallo, Delgado, Dikaba, Caron…), qui compte beaucoup de piliers sur le banc (Pimentel, Mustafic, Ouassiero…), n’ont pas eu non plus un nombre fou d’occasions de but avant la pause. Il a fallu un ballon relâché par Flauss, sur un coup-franc de Mura, pour que Boutrif jaillisse et profite du cadeau (1-0, 21e). Et il faudra attendre la 38e pour une accélération d’Omosanya, qui dépose Skenderovic et centre en retrait. Le plat du pied de B. Correia, aux six mètres, lui reste dans les jambes. Il met en retrait pour Dragovic, qui tente sa chance à son tour, Grisez déviant devant Flauss, qui se rachète son erreur initiale d’un gros réflexe du pied.

Les plus belles occasions pour le Fola

Niederkorn a lui peiné à répliquer et même à s’approcher du but eschois tout court. De Almeida a oublié de se coucher sur sa reprise en bonne position à dix mètres du but (28e), puis son bon centre travaillé a vu Mazure et Bohnert arriver trop tard (33e). Muratovic aura même tapé l’extérieur du poteau sur un coup-franc excentré extrêmement vicieux, qui avait surpris Cabral (35e).

Ce match est moins fou que le 4-3 de la saison passée. Mais le Fola va légèrement rééquilibrer les débats en termes d’occasions de but, puisque même si la sienne est de loin la plus belle, le Progrès en a quand même produit un peu plus que lui jusque-là. Mais au terme d’un joli jeu en triangle de Monteiro, B. Correia et Almada, Boutrif va chauffer les gants de Flauss de près mais à angle fermé (48e), avant qu’un raid impressionnant de Grisez n’offre un ballon de 2-0 à Omosanya, qui rate sa déviation au premier poteau et la met au-dessus (49e).

Le premier tir cadré du Progrès, à la 65e, annulé…

À l’heure de jeu, quand Bohnert, seul au deuxième poteau, explose au-dessus un centre de Bastos, le Progrès n’a encore pas cadré une seule frappe. Mais l’entrée d’Azong, pour sa première apparition en BGL Ligue, promet une fin de match plus animée.

Le baroud niederkornois commencera et s’arrêtera à la 65e, quand M. Kopriwa siffle pour signaler une faute dans le mur au moment où De Almeida convertit petit filet un coup-franc obtenu sur la ligne des seize mètres par Mazure. Dans ses buts, Cabral ne s’est pas donné la peine d’esquisser le moindre geste et l’histoire ne dit pas s’il aurait capté ce tir mais c’est un détail : le but est de toute façon annulé.

Peu après, en contre, Mustafic isole Omosanya, qui fixe tranquillement Skenderovic et finit le boulot d’un petit plat du pied tranquille (2-0, 74e). Des têtes au ras des montants de Mazure (74e) et Bohnert (90e), sur phases arrêtées, n’y changeront rien. Et dire qu’il manquait quasiment une équipe complète sur le terrain, chez le champion en titre…

Julien Mollereau

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,507SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas