[BGL Ligue] Le RFCU étripe Hostert, la Jeunesse se relance

Le carton du jour est à mettre à l’actif des hommes de Saibene, qui commencent enfin à s’éclater offensivement.

Le Racing continue sur sa lancée et commence la rencontre tambour battant en asphyxiant l’USH dès le début du match.  Les locaux laissent circuler le cuir en les lignes, Mabella est trouvé dans la surface par Françoise, mais sa frappe s’écrase sur la transversale (5e).  Les occasions s’enchaînent pour le RFCU, qui met un énorme rythme, mais Dembélé (13e), Mabella (23e) et Tinelli se montrent trop imprécis.  Sur un corner tiré par Tinelli, le ballon est mal dégagé par la défense de Hostert, ce qui profite à Françoise pour inscrire de la tête l’ouverture du score (1-0, 24e). Une accélération côté gauche entre Tinelli et Mabella va amener le 2-0, lorsque Tinelli hérite du ballon aux abords de la surface pour déclencher un tir laissant aucune chance à Ndy Assembé (33e).

Les locaux sont toujours aussi impressionnants de facilité, une première mi-temps de très grande qualité, qui est couronnée par un somptueux but de Mabella (3-0, 41e), qui passe toute la défense en revue touche la lucarne gauche de Ndy Assembé. Hostert change deux joueurs après le repos, mais l’enfer continue pour les visiteurs, qui se prennent deux buts en l’espace d’une minute, le premier par Françoise (4-0, 60e), puis par Mabella (5-0, 61e).  Hennetier (6-0, 85e) et Dembelé (7-0, 87e) s’invitent à la fête, Hostert boit la calice jusqu’à la lie.

Le RFCU s’installe définitivement dans le wagon de tête et semble un candidat très sérieux pour le podium final.

Fabrice Baur

 

Pétange – Jeunesse (0-1)

La Jeunesse a un certain standing mais les chiffres sont contre elle en ce début de saison. Avant de se rendre chez le Titus, les hommes de Jeff Strasser sont loin du compte d’un point de vue comptable avec six points sur dix huit possibles. C’est donc avec la volonté d’effacer la défaite face au RFCU qu’ils défient une équipe de Pétange battue pour sa part à deux reprises par Dudelange et Wiltz. Le début de rencontre est équilibré, les visiteurs sont néanmoins les premiers à se mettre en évidence sur une tête de Maazou qui échoue sur la transversale (15e). Cette légère domination des coéquipiers de Todorovic se confirme quelques minutes plus tard lorsque Nouvier est tout près de faire mouche (21e). Avec l’expulsion de Fortes à la suite d’un deuxième carton jaune reçu (26e), on peut penser que le Titus va retrouver de l’allant. Mais loin de se remettre en selle, les hommes de Nicolas Grezault se retrouvent menés au score peu avant la mi-temps. Stelvio d’une frappe en pleine lucarne négocie au mieux un corner tiré par Nouvier (0-1, 44e). Au retour des vestiaires, les locaux s’approchent un peu plus du but de Sommer mais restent sous la menace des contres eschois. Leur mainmise sur la rencontre est pourtant de plus en plus évidente à l’image de cette initiative Laukart-Laurienté toute proche d’aboutir (70e). Cinq minutes plus tard, Teixeira se crée une nouvelle occasion sans concrétiser (75e). Mais malgré une deuxième mi-temps plus tonique, le Titus ne parviendra pas à trouver le chemin des filets et s’incline sur sa pelouse (0-1).
Gilles Tarral

 

Etzella – Wiltz (3-1)

Ce derby du Nord s’annonce palpitant : il y a que la victoire qui compte pour ces deux formations.  Etzella veut absolument décrocher sa troisième victoire consécutive et la première équipe à se mettre en évidence, c’est elle lorsque Einsiedler reprend un centre en retrait d’Hemkemeier pour transpercer d’un tir des 15 mètres les filets de Ralph Schon (1-0, 22e). Les hostilités sont lancées, mais les hommes de Dan Huet vont répondre immédiatement par l’intermédiaire de Cornet qui reprend de la tête un centre de Cetinkaya qui l’a même dans le paquet (1-1, 25e). Les taux se resserrent et les deux équipes vont au combat. On a droit à du spectacle, mais la fin de la première période appartient aux Wiltzois qui sont un peu plus dominateur et si Witte ne serait pas là pour parer le tir de Crnomut, les siens seraient partis avec un but de retard en deuxième période. Tout reste à faire lors de cette deuxième période si une des deux équipes veut empocher les trois points. Mais ce sont les visiteurs qui montrent plus d’engagement et de volonté pour prendre l’emprise du match. Les Wiltzois sont plus entreprenants mais il manque la dernière passe pour que cela aboutisse à quelque chose. Etzella sent que c’est le moment de se reprendre et contre le court du jeu l’attaquant Celani reprend une passe Hemkemeier l’homme en forme de son équipe de cette saison (4 buts et 3 passes décisives) pour se tourner et frapper au but des 16 mètres pour donner l’avantage aux siens. Un gros coup de massu pour les Wiltzois qui ne vont plus réussir à retourner la situation, malgré qu’ils jettent toutes leurs armes vers l’avant, mais Witte est impérial, et Einsiedler va boucler l’affaire à la 93ième d’un tir croisé pour remettre son équipe dans la bonne voie pour ce championnat.

 

Strassen – Progrès (2-1)

La partie a eu du mal à trouver son rythme. Les deux blocs bien alignés des deux formations ont été certainement responsables de ce jeu cadenassé. Les locaux ont bien tenté des entreprises devant le but adverse. Mais celui-ci a toujours été impeccablement gardé par Flauss. Les hommes de Léoni, quant à eux, ont eu beaucoup de mal à se procurer une première occasion franche. C’est Luisi qui se la procure à la 22ème. Özcan doit s’employer pour la sortir. Le portier de l’UNA ne peut rien dans les arrêts de jeu de la première période lorsque l’attaquant international le trompe sur pénalty (0-1,45e+1). Au retour des vestiaires, la bande à Bacconnier se dépouille pour revenir au score. A la 53e, Perez hérite d’une passe lumineuse d’Alen Agovic et fait trembler les filets. Les deux formations sont à égalité jusqu’à ce que Weirich botte bien un coup franc indirect sur la tête de l’incontournable Agovic. L’ailier droit des Rouges remise sur Bernadelli qui trompe Flauss pour la deuxième fois de la soirée. Les locaux conservent leur court avantage jusqu’au coup de sifflet final. Avec quatre points pris sur six possibles, Strassen a d’ores et déjà réussi sa semaine anglaise face aux mastodontes sachant qui lui reste encore le Swift à affronter dans quatre jours. Le Progrès, quant à lui, fait une mauvaise opération avant de recevoir le Racing dimanche dans ce qui aurait pu être un choc pour la deuxième place du classement.

Jocelin Maire

 

Rosport – Rodange (3-2)

Dès les première minutes de jeu, Rosport met la pression sur son adversaire et se crée une balle occasion d’ouvrir le score, sur une frappe de 25 mètres de De Doncker repoussé par la barre  (5e). Dix minutes plus tard, Rosport domine toujours la rencontre, et inscrit le premier but par un récidiviste :  Spruds, d’une puissante tête. Rodange, invisible jusqu’à la 29e minute, égalise grâce à un centre parfait de Bahovic pour N’Diaye. L’attaquant rodangeois n’aura eu besoin que d’une seul occasion pour remettre son équipe sur les bons rails. Les mauvaises choses arrivent rarement seules, et Rosport va le constater. Après avoir encaissé un but, le Victoria va perdre De Doncker, sur blessure, et vu l’état dans lequel le joueur est sorti du terrain, il se pourrait bien que le précieux latéral manque pendant quelques semaines à son équipe.

Rosport ne baisse pour autant pas les bras, et après quelques minutes de doute, c’est Rossler qui tente sa chance après un dégagement de Korac, et donne l’avantage aux siens juste avant de rejoindre les vestiaires. Rosport revient sur le terrain avec les mêmes intentions qu’en première mi-temps, et comme durant le premier acte, Soladio ouvre les hostilités, mais son but est refusé pour une position de quelques centimètres hors-jeu. Une deuxième mi-temps entachée de beaucoup de fautes mais durant laquelle la possession est toujours rosportoise et c’est Soladio qui va permettre aux siens de faire le break, avec ce but parfaitement préparé à droite par Brandenburger. Rodange réagit directement par Makasso pour réduire le score et lancer toutes ses forces à l’attaque. Trop tard.

Alexandre Adam

 

Differdange – Hamm (3-0)

Le FCD03 s’impose sans trembler contre la lanterne rouge grâce à un corner et du laxisme défensif qui ont accouché de deux jolies frappes tueuses dont une dernière, splendide, de Bertino.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,507SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas