Climat : la Chine respecte-t-elle ses engagements ?

Avec la parution du rapport du Groupement intergouvernemental d’experts sur le climat (GIEC) soulignant les conséquences du réchauffement climatique, la Chine, le plus gros pollueur du monde, est face au défi de remplir ses engagements en la matière.

Le président Xi Jinping a assuré que son pays atteindrait un pic d’émissions de gaz à effet de serre avant 2030 puis deviendrait totalement neutre dans ce domaine à l’horizon 2060. Mais, pour l’heure, aucun plan n’a été annoncé pour atteindre cet objectif. Sous la pression des industriels, la législation visant à durcir les règles concernant les secteurs les plus polluants, tels que l’aciérie, la sidérurgie et les cimenteries, est au point mort, alors que les centrales au charbon se multiplient.

Réduire la place du charbon ?

Le président Xi a annoncé vouloir “progressivement réduire” l’usage de cette énergie fossile à partir de 2026 mais, dans les faits, la Chine en reste largement tributaire. En 2020, elle a ajouté 38,4 GigaWatts (GW) d’énergie issue du charbon, plus de trois fois la capacité supplémentaire installée dans ce domaine cette année-là ailleurs dans le monde, selon les données de l’organisation américaine Global Energy Monitor (GEM), qui étudie l’ensemble des projets énergétiques reposant sur les énergies fossiles. “Cette nouvelle frénésie de charbon remet en cause les objectifs climatiques tant à court qu’à long terme”, a estimé Christine Shearer, la directrice de programme charbon pour GEM.

La semaine dernière, le gouvernement chinois a demandé aux provinces de relâcher leurs efforts visant à réduire les émissions et de s’assurer qu’elles ne remettent pas en cause la croissance économique. La demande en électricité progressant fortement, des mines de charbon abandonnées ont été rouvertes. “Ces signaux contradictoires ont perturbé tant les investisseurs que les autorités locales”, a affirmé Martin Wang, analyste pour Guotai Junan Securities.

Ce retour en force du charbon semble aller a l’encontre des incitations que doit créer le nouveau marché du carbone, lancé en Chine le mois dernier, dont l’objectif était précisément de pousser les compagnies du secteur énergétique à réduire leurs émissions polluantes. Le prix de la tonne de carbone se situe désormais autour de 50 yuans (6,56 euros), un niveau trop faible pour accélérer le recours aux énergies plus propres

Investissements dans le renouvelable

Afin que la Chine puisse respecter ses objectifs, 90% de sa production énergétique doit provenir du nucléaire et des énergies renouvelables d’ici à 2050, selon des chercheurs de l’Université de Tsinghua, à Pékin, contre tout juste 15% aujourd’hui. Ce pays dispose de plus du tiers du parc éolien et solaire mondial et produire de l’énergie renouvelable coûte désormais moins cher que via le charbon.

“Mais les fournisseurs d’énergie restent hésitants face à l’idée d’augmenter la part de l’énergie verte achetée du fait de la pression importante du lobby du charbon”, a expliqué Han Chen, chercheur en politique énergétique pour le Conseil national de défense des ressources, un groupe de pression ayant son siège aux Etats-Unis. “C’est la raison pour laquelle les énergies renouvelables ne constituent que 15% du mix énergétique de la Chine malgré les investissements réalisés”, a-t-il ajouté.

Le gouvernement s’est engagé à investir dans les réseaux intelligents et le stockage d’énergie dans les cinq prochaines années et à autoriser l’installation de centrales solaires et éoliennes dans les régions reculées de l’ouest afin d’alimenter les usines situées sur la côte est. Les investissements dans le nucléaire sont également en forte hausse : sur les 15 prochaines années, la Chine veut installer au moins 200 GW de production nucléaire, soit plus que la capacité existante en France et aux Etats-Unis, les deux pays les plus nucléarisés au monde.

Véhicules électriques

Un quart des émissions chinoises de gaz à effet de serre provient des transports et les autorités ont déversé des milliards de yuans pour faire la promotion de solutions alternatives plus propres. Désormais, 5% des voitures vendues en Chine sont électriques ou hybrides et la plupart des villes comptent des milliers de bornes de recharge.

Les transports publics sont aussi largement passés à l’électrique et des routes électrifiées, destinées aux véhicules intelligents, sont construites. Mais le gouvernement a aussi réduit en 2020 son soutien aux constructeurs de voitures électriques, après que plusieurs cas de fraudes aux subventions ont défrayé la chronique.

Reforestation

Plus de 40 milliards d’arbres ont été plantés en Chine ces 30 dernières années, créant ainsi des puits de carbone susceptibles d’absorber une partie des émissions polluantes. Plus de 22% de son territoire est désormais recouvert de forêts, contre 12% en 1978. Mais des experts soulignent que ces reforestations se font sur la base d’une seule essence, rendant les forêts d’autant plus fragiles en cas de sécheresse ou de parasites.

LQ/AFP

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,514SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas