“Capitani” comme rampe de lancement pour deux frères de Villerupt

Le travail des frères Idir et Maksen Mancer au drone est actuellement visible via la série policière luxembourgeoise Capitani, qui connaît un joli succès.

Présente dans le top dix de sa catégorie sur Netflix, record d’audience battu dans son pays : Capitani, la série policière luxembourgeoise, fait beaucoup parler d’elle au Grand-Duché et au-delà. Même si certains qualifient l’enquête du capitaine Luc Capitani de «classique», voire de «moyenne», elle connaît un joli succès international depuis des mois.

Et qui retrouve-t-on à la manœuvre pour les plans aériens tournés avec des drones ? Les Villeruptiens de Dark M Studio «évidemment», qui s’étaient lancés dans cette technologie il y a quelques années déjà. «Elle est produite par la société de Samsa, avec qui on avait collaboré sur des projets de longs métrages ou de publicités. Et on pense qu’ils avaient bien aimé notre boulot, puisqu’ils ont fait appel à nous», expliquent les frères Idir et Maksen Mancer, qui ont fondé leur entreprise en 2015.

Après l’enseignement, puis la gérance d’un multiplexe à Montréal pour l’un (Maksen), des postes à Utopolis Luxembourg et Longwy pour l’autre, le duo a donc tenté cette aventure commune, puis a enchaîné les expériences intéressantes dans l’audiovisuel. Ils viennent de réaliser les images aériennes de plusieurs documentaires et films, dont Mission Ulaj Funk, sélectionné à la Berlinale, ou L’An zéro, qui simule une catastrophe nucléaire à la centrale française de Cattenom ayant entraîné la destruction du Luxembourg.

«Un vrai travail d’échanges»

Mais Capitani aura une place privilégiée dans leurs souvenirs. Déjà, ils ont apprécié d’avoir la capitale du Grand-Duché pour eux tout seuls quand ils commençaient leurs journées très tôt pour la filmer au lever du soleil. «C’était agréable de voir très peu de monde et de circulation.»

Ensuite, parce qu’ils ont fait de belles rencontres sur les lieux de tournage. «On est vraiment contents de cette expérience, parce que c’est notre première fois sur Netflix. Et humainement, on a croisé la route de nouvelles personnes, ce qui nous a permis d’en apprendre un peu plus sur le monde. C’est le côté qu’on préfère de notre métier. Et puis artistiquement, c’était un vrai travail d’échanges avec l’équipe, et notamment le réalisateur Christophe Wagner, son assistant et le chef opérateur. On discutait souvent ensemble des plans à rentrer et ils nous écoutaient. On a été pris en considération.»

Enfin, Idir et Maksen Mancer ont forcément amélioré leur technique. «Il y avait beaucoup de plans de drone, et très complexes. On a dû donner le meilleur de nous-mêmes.» La suite ? Les Villeruptiens réalisent actuellement les images aériennes de la deuxième saison de Capitani, d’un documentaire français et de deux longs métrages au Luxembourg. Ils interviennent également sur un film de promotion du Luxembourg pour l’Exposition universelle de Dubaï en octobre. Sans parler de leurs collaborations avec les collectivités territoriales lorraines. Dark M Studio est définitivement sorti de l’obscurité.

Sébastien Bonetti (Le Républicain lorrain)

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,498SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas