[BGL Ligue] Le Swift s’en sort bien à Mondorf, un Fola dominateur accroché par le FCD03

Hostert n’est plus leader, après un match un peu fou contre Wiltz, qui a tenu une demi-heure en infériorité numérique. Le Fola aussi, a passé un week-end moins beau que prévu, malgré pléthore d’occasions de but.

 

Differdange – Fola (1-1)

Un petit bijou signé Aurélien Joachim. L’ancien international a contrôlé le ballon dos au but, à hauteur de la ligne médiane. Visiblement, il savait que Cabral était avancé et il n’a pas hésité une seconde pour un tir tellement parfait qu’on savait déjà, à mi-chemin des cinquante mètres parcourus, qu’il terminerait au fond (35e). Le Fola aligne une équipe furieusement inspirée de ce qu’elle peut aligner en Conference League et ce onze s’y colle sérieusement au retour des vestiaires. Mais Bruno Correia écrase l’équerre alors que Boutrif conclut en position de hors-jeu (51e). Puis Mustafic, seul aux six mètres, met sa tête plongeante à côté (55e), B. Correia vise à côté alors qu’il est seul à s’élever aux six mètres (62e) et Boutrif trouve l’extérieur du poteau sur un centre en retrait d’Omosanya (68e).

Differdange finit même à dix après l’expulsion de Gulluni. Mais Boutrif croise un poil trop son tir seul devant Amodio (78e). Et il faut heureusement pour le leader une faute de Lempereur sur Ouassiero pour obtenir un pénalty. Parreira, tout juste rentré, s’en charge (1-1, 82e). Il y a encore le temps pour aller chercher un succès aux forceps mais sur coup-franc, Grisedz tape le haut de la barre (88e).

Julien Mollereau

 

Mondorf – Swift (1-2)

Après la claque reçue face à Pétange, on attendait une réaction du Swift. Elle n’est jamais vraiment venue et il a fallu finalement à un penalty
très douteux et litigieux pour arracher la victoire. Un succès arraché dans la douleur et très compliqué face à un valeureux adversaire qui a
fait voir de toutes les couleurs l’un des prétendants au titre. À la 17e, les Verts prenaient l’avantage par Morabit qui profitait d’une
mauvaise passe en retrait de Sacras. Ce même Sacras se reprenait en délivrant un super centre pour Sané qui remettait les pendules à l’heure
juste avant la pause. À l’heure de jeu, Couturier s’écroule devant Henid Ramdedovic et l’arbitre, loin de l’action, siffle un penalty plus que
généreux et très douteux : Stolz ne se fait pas prier et crucifie le portier Machado 1-2. Il était moins une…
Paulo Bastos

 

Hostert – Wiltz (1-3)

La première mi-temps est à rebondissements. Hostert, leader surprise de ce début de saison, prend en effet l’avantage au bout de 45 secondes de jeu par Muric, mais Wiltz réussit à égaliser puis à prendre les commandes… une minute avant la pause, grâce à un doublé d’Osmanovic. En seconde période Hostert pousse pour égaliser mais c Wiltz qui va aggraver le score par Bunga pourtant réduit à dix depuis la 65e minutes de jeu.Les locaux poussent mais rien ne passe, Wiltz tient bon et prend trois points chez le leader.

Claude Bazzuchi

 

Etzella – Strassen (2-3)

Deuxième victoire en déplacement pour l’UNA, en autant de voyages! Après une première période très fermée, malgré les deux buts de part et d’autre tout d’abord avec l’ouverture du score par Perez reprenant un coup-franc de Weirich (0-1, 38e) et l’égalisation de Einsiedler suite à un corner frapper par Herr juste avant la pause (1-1, 45+2). La partie s’est quelque peu emballée avec le but de Runser juste au retour des vestiaires (1-2, 47e). Etzella essaye bien de revenir, mais Perez, encore lui, place un coup-franc direct hors de portée de Witte (1-3, 61e). On a pu penser le match fini, mais c’était sans compter sur le courage d’Etzella qui parvient à réduire le score sur une frappe enroulée de Herr à l’entrée de la surface (2-3, 66e). Strassen resserre les rangs pour préserver sa victoire jusqu’au bout.

Gilles Piet

 

Rosport – Progrès (0-2)

Après 40 minutes soporifiques où seuls les éclairs de Vogel (coup de tête dévié par Vits en corner 16e) et de De Doncker (frappe sèche des onze mètres captée par Latic 38e) sortaient le match de sa torpeur, une pluie diluvienne s’invitait à la tristesse jusqu’au repos, avec des conséquences pour le gazon qui se trouvait dans un piteux état par endroits par la suite. Ce rafraîchissement inespéré fait du bien aux acteurs qui se montrent mieux inspirés après le thé. Si Brandenburger rate une occasion en or (52e), c’est Luisi qui dans la foulée ouvre le score (0-1). Et vingt minutes plus tard, ce même joueur après un raid solitaire fabuleux inscrit le 0-2 et met définitivement sur orbite les siens.

Georges Bassing

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,514SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas