[BGL Ligue] La Jeunesse battue, Hostert leader, Joachim s’éclate

La Vieille dame ne sera pas restée longtemps leader de BGL Ligue, battue à Wiltz (2-0). Voilà qu’elle cède déjà son fauteuil à… Hostert.

Comme la Jeunesse s’est déplacée comme leader dans le nord, elle veut confirmer ce statut en débutant le match à la vitesse du TGV. Une première incursion dans la surface de Bernard après 30 secondes ne donne rien de concret.

Dans la foulée Philipps fauche Diomandé et voit jaune dès la minute initiale. La rencontre semble bien lancée et les visiteurs restent dominateurs sans être vraiment conquérants. Après dix minutes, les débats s’équilibrent, mais le niveau baisse considérablement. Ballons perdus facilement, passes ratées et aucune action dangereuse, pendant de longues minutes, le menu proposé est plutôt indigeste.

Cornet, la recrue offensive wiltzoise, essaie de sortir le match de sa torpeur. Complètement oublié à gauche il met Moreira de Sousa à rude épreuve avec une frappe croisée (24e). La Jeunesse a complètement perdu son fil conducteur et n’arrive pas à porter le danger devant le but adverse. Juste avant la mi-temps, Hadraoui dévie malencontreusement un tir d’Osmanovic et l’équipe locale mène 1-0.

La partie devient un peu plus animée au retour des vestiaires, mais la Jeunesse ne trouve toujours pas la potion magique pour ébranler le bastion défensif wiltzois. Qui plus est, sa nouvelle recrue, le Portugais Fortes, voit rouge à la 68e, ce qui n’arrange évidemment rien. Malgré une supériorité numérique, Wiltz a l’air de souffrir plus de la chaleur et plusieurs de ses joueurs paraissent émoussés ou fatigués. Un deuxième carton rouge stupide et inutile (geste déplacé envers l’arbitre) pour Maazou (78e) va cependant annihiler définitivement les espoirs eschois d’autant plus que peu après, Ibrahimovic inscrit le 2-0.

Georges Bassing

 

RM Hamm Benfica – Hostert (0-6)

Sous un soleil de plomb, les deux équipes rentrent timidement en action. Mais la première contre-attaque est pour les visiteurs. Muric fonce en direction de la surface, mais il est contré in-extremis par Cruz (6e).

En revanche, quelques minutes plus tard, Sancho commet une faute dans sa surface sur Trani. Le milieu offensif de l’USH récupère le ballon et se charge de transformer le pénalty (0-1, 12e). C’est d’ailleurs encore lui que l’on retrouve au départ de l’action qui permet à Muric, au second poteau, de glisser le ballon au fond du plat du pied (0-2, 17e).

Les Benfiquistes tentent bien de se rebeller par l’intermédiaire de Luvumbu (19e) et Compère (21e) mais cela reste trop timide pour inquiéter Ndy Assembe. C’est même la douche froide pour les locaux à la 24e minute. Sur un service en profondeur de Trani, Tibor inscrit le troisième but seul face à Sancho (0-3, 24e). Au retour des vestiaires, les hommes de Thomas Gilles montrent un visage plus séduisant  pour essayer de réduire le score. Mais les joueurs d’Henri Bossi font preuve d’un froid réalisme en convertissant coup sur coup deux occasions. À l’origine de la première, Muric qui sert à l’angle de la surface Sacras (0-4, 58e) avant qu’Habbas, devant Sancho, n’assomme définitivement les coéquipiers de Correia (0-5, 59e). Le doublé d’Habbas en fin de match est anecdotique (0-6, 86e). Il y a eu du spectacle sur la pelouse des Cents mais ce n’est pas celui qu’on attendait du côté de Hamm après le revers eschois. Pour Hostert, c’est carton plein.
Gilles Tarral

 

Strassen – Mondorf (0-1)

Il avait beau être suspendu pour ce match, mais Jean-Wirtz n’a entendu que lui. Arno Bonvini, forcé à déléguer son pouvoir à son adjoint
Claudio Lombardelli, a bouilli à deux mètres de lui durant toute la rencontre. Le coach mondorfois a hurlé son bonheur lorsque Scanzano a
permis aux siens de prendre l’avantage au tableau d’affichage (0-1, 8e). En face, Strassen n’a jamais su exister si ce n’est en fin de deuxième période lorsque les visiteurs ont commencé à logiquement fatiguer. Machado aura connu très peu de frayeurs dans ses cages si ce n’est en toute de fin de partie tandis que son ex-coéquipier Özcan a largement été mis à contribution par les offensives mondorfoises. La bande au capitaine Mendes repart de Strassen avec les trois unités de la victoire. Cela faisait sept ans que ce n’était pas arrivé.

Jocelin Maire

 

Rosport – Differdange (0-3)

Differdange va enfin pouvoir lancer sa saison. Après son match arrêté de la semaine dernière contre le Progrès, le FCD03 affronte Rosport. Après avoir été inondé, le terrain du Camping est quand même praticable même s’il aura fallu quelques minutes d’adaptation aux differdangeois. Soladio aurait pu en profiter pour ouvrir la marque dès la 5e minute.

Mais une fois lancés, les hommes de Resende ont été redoutables. Joachim ouvre logiquement le score à la 27e sur un centre de Bertino, qui aurait, lui aussi, pu doubler la mise quelques minutes plus tard, mais Vits veille. S’il y a bien un homme qui fait mal à la défense locale, c’est  Bertino, qui démontre toute sa palette technique à chaque prise de balle. À la 57e, sur un ballon de Lempereur, Joachim se joue de deux défenseurs pour aller inscrire le deuxième but de cette rencontre.

Quatre minutes après son entrée en jeu à la place de De Taddeo, le jeune Sakava va aller provoquer la faute de Erkus dans la surface de réparation. L’arbitre montre directement le point de penalty et sort un rouge pour la recrue de Rosport. Sakava prend ses responsabilités et inscrit le troisième but de la rencontre. Après une très bonne entame de match, Rosport n’est plus parvenu à rivaliser face à une équipe de Differdange très en jambes pour sa première rencontre au complet.

Alexandre Adam

 

Rodange – RFCU (0-1)

D’entrée, les visiteurs emballent la rencontre en imposant leur tempo. Malgré une domination territoriale ils n’inquiètent que rarement le
portier rodangeois, Anthony Mfa. La suite, c’est une domination stérile des bleu ciel, qui se heurtent le plus souvent à l’arrière garde locale. Rodange ne tremble pas et Nogdou, pour sa grande prmeière, est tout près d’ouvrir le score, sans oublier les dernières minutes ou les rouges et noir ont eu quelques étincelles qui aurait pu faire mal.
Au retour des vestiaires, les locaux montrent un visage enthousiasmant en se montrant menaçants à l’image de N’Diaye (49e, 66e) et Larrière (68e), mais c’est Mabella qui aura le dernier mot en inscrivant l’unique but de  la partie (0-1, 71e). Pourtant dans les arrêts de jeu,  Semedo place une tête dangereuse le long du poteau de Ruffier (battu)… Les Rodangeois peuvent nourrir de regrets. Ils méritaient au moins le nul.
Paulo Bastos

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,497SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas