Beyrouth : un an après l’explosion au port, la colère toujours vive

Dans la douleur et la colère, des milliers de Libanais affluaient mercredi dans le centre de Beyrouth pour se souvenir un an après de l’explosion qui a ravagé son port et une partie de la ville, et fustiger l’impunité des dirigeants dans cette tragédie.

Le 4 août 2020, peu après 18h, la capitale libanaise basculait dans l’horreur après l’explosion de centaines de tonnes de nitrate d’ammonium, stockées depuis des années dans un entrepôt délabré et “sans mesure de précaution” de l’aveu même du gouvernement. Choc, stupeur, dévastation, douleur et colère : l’explosion fait 214 morts, plus de 6 500 blessés et ravage des quartiers entiers de Beyrouth.

Cette catastrophe de trop dans un pays englué dans la pire crise socio-économique de son histoire, “délibérée” selon la Banque mondiale, a nourri la colère contre une classe politique déjà largement honnie accusée de laisser le pays couler.

“Ils nous ont tués et détruits”

De nombreuses personnes venant de plusieurs points de rassemblement dans la capitale – proches de victimes, membres de partis d’opposition ou de groupes de la société civile émanant du mouvement de contestation d’octobre 2019 – ont afflué vers le secteur du port. L’armée et la police se sont déployées en masse, érigeant des barrages pour fermer à la circulation les grandes avenues du secteur.

Des proches des victimes se sont recueillis dans la caserne des pompiers à Karantina près du port. Des femmes tout de noir vêtues brandissaient des portraits de proches morts, d’autres tenaient des fleurs blanches. “Ils nous ont tués et détruits. Nous voulons savoir qui a tué nos frères et détruit nos vies”, dit Wafaa Karam, 37 ans, sœur d’un des pompiers morts le 4 août. “C’est un crime contre la patrie, et nous ne resterons pas silencieux”.

Un camion de pompiers toute sirène hurlante se dirigeait vers le port sous les applaudissements de la foule. Dans les ruelles avoisinantes, des banderoles géantes et des drapeaux libanais couvrent des immeubles portant encore les traces de l’explosion. “Otages d’un État meurtrier”, pouvait-on lire sur l’une d’elles.

Nation traumatisée

Au port, et en présence des familles des victimes, des prières seront récitées. À 18h07, heure exacte du drame, les noms des victimes seront lus un à un. Parmi ces victimes : des pompiers, des employés du port, des automobilistes ou encore des habitants qui se trouvaient chez eux.

Jeffry Chartouni, 32 ans, qui travaille aux silos à grain du port, a perdu sept collègues. Il ne comprend pas comment, des années durant, ils n’ont jamais été avertis du danger. “J’aurais pu, avec un coup de fil, leur dire de fuir (…) Les responsables sécuritaires, les ministres, le gouvernement, les douanes, évidemment ils savaient. Ils doivent tous rendre des comptes.”

Malgré l’ampleur du drame qui a choqué le monde entier, l’enquête locale n’a présenté aucun résultat concret et aucun coupable n’a été jugé, même si des ex-ministres sont dans le viseur de la justice. La classe dirigeante est accusée de tout faire pour torpiller l’enquête et éviter des inculpations, en arguant d’une prétendue immunité.

Même si, un an plus tard, des blessures ont cicatrisé, des quartiers ont été reconstruits, grâce à des ONG et des bénévoles -l’État ayant rien ou si peu fait -, la nation reste traumatisée. Une famille sur trois a des enfants montrant encore des signes de “détresse psychologique”, selon l’Unicef. Chez les adultes, c’est une personne sur deux.

Un pays qui s’enfonce

En un an, l’enquête n’a pas déterminé officiellement les causes de la déflagration. L’explosion s’est produite après un incendie dans le hangar, qui selon des sources de sécurité a été provoqué par des travaux de soudure. Pour Amnesty International, les autorités ont “entravé de façon éhontée la quête de vérité”.

Le pays attend toujours un nouveau gouvernement censé enclencher des réformes réclamées par la communauté internationale en échange d’aides tant nécessaires, après la démission de celui de Hassan Diab quelques jours après l’explosion. Mais quasiment inchangée depuis la guerre civile (1975-1990), la classe politique est accusée de favoriser le blocage pour se maintenir au pouvoir.

La menace de sanctions européennes ne semble pas non plus tirer la classe dirigeante de sa léthargie. Entretemps le pays s’enfonce : aggravation de la pauvreté, chute libre de la monnaie locale, restrictions bancaires inédites, hyperinflation, carburant et médicaments introuvables. Même l’électricité est devenue un luxe.

LQ/AFP

 

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,498SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas