À Marseille, le festival Marsatac est de retour avec Soso Maness et Sébastien Tellier

Le festival de musique Marsatac, annulé en 2020 à cause de la pandémie de Covid-19, fait son retour vendredi à Marseille, avec un protocole adapté et une programmation mêlant hip-hop et electro. Cette 23e édition, surnommée « Capsule », d’un des plus importants festival de la deuxième ville de France, se tiendra du 20 au 22 août.

« On espère 5 000 spectateurs par soir, donc 15 000 en tout », affirme l’organisatrice de l’évènement, Béatrice Desgranges, optimiste avant de retrouver « ces moments de magie entre les artistes et leur public ». Pour l’évènement, deux scènes distinctes sont en train d’être installées sur la pelouse du parc Borély, à deux pas des plages du Prado, dans le 8e arrondissement de Marseille.

En tête d’affiche, le nouveau phénomène du rap marseillais, Soso Maness et son tube Petroushka, mélodie entêtante, inspirée de l’air de Kalinka , en featuring avec le rappeur PLK, lui aussi programmé dimanche (23h30) en clôture du festival. Son compère du « 13 organisé », célèbre collectif de rappeurs marseillais, NAPS, sera aussi présent, aux côtés d’Alonzo et Sofiane.

« Cette année on a réussi à bâtir deux soirées complètes dédiées au hip-hop, avec la présence de têtes d’affiches marseillaises », se félicite l’organisatrice de Marsatac. « On a la chance d’avoir une scène marseillaise très riche, c’est important de les mettre en avant. » Vendredi 20 août, place à l’électro avec notamment Sébastien Tellier et son tube Look et le plus récent Feels like summer, ainsi que le groupe funk L’impératrice.

Pour cette 23e édition, la première depuis 2019, la priorité a été donnée aux artistes français, pas vraiment par choix mais plutôt par commodité. « Nous avons dû bâtir une programmation l’hiver dernier sans avoir de visibilité (en raison de la pandémie). On ne savait pas s’il y aurait des restrictions, des quarantaines… », explique Béatrice Desgranges.

Les spectateurs devront présenter leur pass sanitaire. Un stand de tests antigéniques sera installé à l’entrée du parc pour les retardataires, précise l’organisation. « Les gens ont envie de faire la fête, de retrouver ces moments-là. Mais ils ont aussi besoin de se sentir en sécurité », estime Béatrice Desgranges. « En rouvrant les portes de Marsatac, c’est aussi une façon de dire : retrouvons-nous ! à un public que l’on n’a pas vu depuis plus de deux ans », clame-t-elle.

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,496SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas