à Paris, des abstentionnistes expliquent leur désintérêt pour un scrutin jugé « pas hyper important »

Il n’y a pas eu de sursaut citoyen. Dimanche 27 juin, au second tour des élections régionales et départementales, le taux d’abstention a atteint 65,7% selon une estimation d’Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France, à peine moins qu’au premier tour le dimanche précédent (66,72%).

Dans un parc parisien, ils sont ainsi nombreux à avoir répondu à l’appel de la nature plutôt qu’à celui des urnes. « Je m’y intéresse, mais je ne m’y retrouve pas », confie Fabienne. Pour cette assistante maternelle, la politique est importante. Le problème vient plutôt des hommes et femmes politiques, qui « ne nous ressemblent plus du tout. Je suis très déçue, ils ne sont pas du tout assez authentiques. » Selon elle, « ils pensent beaucoup à eux, à leur personne, ils jouent beaucoup sur le paraître. »

« Les politiques oublient l’essentiel, nos problèmes du quotidien. »

Fabienne, abstentionniste

à franceinfo

Pour elle, cette rupture avec la politique date de la présidence de Nicolas Sarkozy, entre 2007 et 2012. « Une présidence bling bling. Je trouve que là, il y a eu un énorme écart avec le citoyen lambda », estime-t-elle.

À côté, un groupe d’amis sort d’une partie de tennis. Le tennis, le plaisir, la vie, au détriment de la politique, trop éloignée de leurs préoccupations quotidiennes selon eux. « Pour moi, ce ne sont pas des élections hyper importantes », témoigne l’un d’eux. « Ça m’échappe un petit peu. J’aurais été plus investi si justement je voyais des actions concrètes. Donc voilà, je ne vois pas un impact réel. Je vais pas faire le lien entre des actions de la région et ces élections. »

Et puis, le contexte sanitaire accroît chez certains le désintérêt pour la politique. Covid et politique ne font plus qu’un dans l’esprit de Justine, qui aimerait tourner la page. « Ça fait quinze mois qu’on parle que de Covid. Finalement, le reste est passé un peu à la trappe, donc on se désintéresse. Il y a un désintérêt à la politique hors Covid, mais le Covid, on en a marre aussi. »

Lassitude, désintérêt, colère expliquent sans doute la faible participation aux élections régionales et départementales.

A Paris, désintérêt, déception, fatigue de la politique – Reportage de Boris Loumagne

écouter

Articles connexes

Stay Connected

0FansJ'aime
3,502SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

ne manquez pas